NOUVELLES
17/07/2012 11:46 EDT | Actualisé 16/09/2012 05:12 EDT

"Agissons maintenant contre la famine" au Sahel (Issoufou au journal Le Monde)

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, a sollicité mardi l'aide internationale pour "agir maintenant contre la famine" au Sahel, tout en insistant sur la nécessité de changer de méthodes pour ne plus subir des crises alimentaires "récurrentes" dans la région.

Dans une tribune publiée mardi par le quotidien français Le Monde, il déclare: "En associant à la volonté politique des dirigeants d'Afrique de l'Ouest le soutien de la communauté internationale, nous pouvons protéger des millions de personnes au Sahel, lors des prochains mois qui s'annoncent difficiles. Mais nous devons agir maintenant".

Son texte débute par ce constat amer: "Pour la troisième fois en moins d'une décennie, mon pays est l'épicentre d'une crise alimentaire et nutritionnelle régionale qui atteint 18,6 millions de personnes (...). Actuellement, plus de six millions de Nigériens (sur 16 millions, ndlr) manquent de nourriture".

"Le Niger dispose d'un plan clair pour protéger ses populations pour les mois à venir, mais seuls 45 % des fonds nécessaires sont disponibles", affirme le chef de l'Etat, évoquant "une course contre la montre".

Néanmoins, M. Issoufou fait valoir que "pour la première fois", le Niger a "anticipé les risques" et "développé une approche pour mettre fin à ce cycle de la faim".

Pour "aller au-delà de l'aide d'urgence", il faut "changer la manière dont nous travaillons pour mettre un terme à ces crises récurrentes", insiste-t-il.

"Nous devons investir dans des programmes qui renforcent la résilience de nos populations, pour que les sécheresses ne soient pas automatiquement synonymes de crise".

Le président nigérien dit avoir fait "une priorité" pour son gouvernement "d'améliorer la productivité de l'agriculture, de promouvoir l'irrigation et les technologies solaires" ou encore "de moderniser l'élevage".

"Les Nigériens peuvent et vont nourrir les Nigériens", affirme M. Issoufou, élu en mars 2011 à la tête de ce vaste pays aux trois quarts désertiques.

lbx/kat/hba

PLUS:afp