NOUVELLES

Afrique du Sud: enquête sur un marché public de tests VIH défectueux

17/07/2012 03:48 EDT | Actualisé 15/09/2012 05:12 EDT

Le gouvernement sud-africain a ouvert une enquête sur une commande publique de tests VIH lancée alors qu'ils étaient déconseillés par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et ont dû être rappelés "par précaution", a-t-on appris mardi auprès du ministère de la Santé.

"L'appel d'offre portait sur environ 500.000 kits qui ont été rappelés par précaution", a indiqué un porte-parole Joe Maila à l'AFP, confirmant l'ouverture d'une enquête conjointe avec le ministère du Trésor.

Le test est produit par le laboratoire sud-coréen SD Bioline et a fait l'objet de deux notes de l'OMS, la première en novembre, la seconde en juin.

"Il donne un taux inacceptablement élevé de résultats non valables", c'est-à-dire qu'"aucune interprétation du test n'est possible" et le patient "a des chances, pas tant d'avoir un résultat incorrect, que de n'avoir pas de résultat du tout", selon un communiqué de l'OMS à Genève.

"L'entreprise doit présenter des mesures pour corriger ces anomalies et l'OMS fera une nouvelle inspection en novembre", selon la même source.

L'Afrique du Sud est le pays qui compte le plus grand nombre de séropositifs au monde, avec quelque 5,6 millions de personnes infectées par le VIH sur une cinquantaine de millions d'habitants.

La commande du test défectueux a été placée dans le cadre d'un marché public évalué dans la presse à 22,5 millions de rands (plus de 2,2 millions d'euros).

Le ministre de la Santé Aaron Motsoaledi a rejeté la faute lundi sur des fonctionnaires débutants, lors d'un point de presse, et promis de faire toute la lumière.

clr/jlb

PLUS:afp