NOUVELLES
16/07/2012 11:56 EDT | Actualisé 15/09/2012 05:12 EDT

Tour de France - 15e étape: déclarations

Christian Vande Velde (USA/Garmin), 2e de l'étape: "On était tous expérimentés dans ce groupe et on n'a jamais lâché. Je savais que je n'avais pas beaucoup de chances face à Fédrigo, il est très rapide et sprinte mieux que moi. J'ai toujours été lent au démarrage. J'aurais préféré que ça finisse en montée pour conclure mais c'est comme ça. Je suis content de ma journée."

Samuel Dumoulin (FRA/Cofidis), 6e de l'étape: "J'avais dit ce matin (lundi): +Je ne prends pas l'échappée, je n'y crois pas, j'attends le sprint+. J'ai vu que ça bataillait pour sortir, j'étais bien placé, j'avais des bonnes jambes, j'ai suivi l'attaque de Thomas Voeckler et je me suis retrouvé dans un groupe de costauds avec pratiquement que des coureurs qui avaient remporté des étapes sur le Tour. J'étais un peu +marqué+ par le fait que j'étais le plus rapide du groupe et j'étais un peu juste pour faire les efforts dans le final. Je fais dernier du groupe, c'est très décevant. C'est une belle occasion de gâchée. Il y a encore une échappée qui devrait aller au bout à Brive, on va essayer de s'y incorporer."

Tejay Van Garderen (USA/BMC), 7e du général: "Quand on regarde le profil de l'étape, on pense que ce sera facile. Mais il n'en est rien. Les routes étaient difficiles et avec beaucoup de montées et de descentes. La course est loin d'être terminée. Nous avons encore deux grosses journées dans les Pyrénées et un long contre-la-montre. En règle générale, je trouve que les Pyrénées sont un peu plus dures que les Alpes."

sva/eb

PLUS:afp