NOUVELLES
16/07/2012 12:10 EDT | Actualisé 15/09/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis accélèrent le déploiement d'un porte-avions au Moyen-Orient

La marine américaine va accélérer le déploiement d'un porte-avions et de son escorte au Moyen-Orient pour faire face aux tensions dans la région, notamment en Iran et en Syrie, a affirmé lundi le porte-parole du Pentagone, George Little.

"Le secrétaire (à la Défense Leon Panetta) a approuvé en fin de semaine dernière la requête du Central Command afin d'accélérer de quatre mois le déploiement de l'USS John-Stennis", a déclaré M. Little à des journalistes.

Le Centcom est le commandement américain responsable du Moyen-Orient, qui s'étend de la mer Rouge au Golfe et à la partie occidentale de l'océan Indien.

Ces dernières semaines, l'USS Abraham-Lincoln et l'USS Enterprise se trouvaient dans cette zone.

Le Lincoln a passé lundi le canal de Suez vers la Méditerranée, a annoncé la Marine américaine. Il doit être remplacé dans les prochains jours par l'USS Dwight-Eisenhower.

Actuellement en Méditerranée orientale, l'Eisenhower aurait dû se retrouver seul dans la zone après le départ de l'Enterprise, qui sera finalement remplacé "à la fin de l'été" par le Stennis, selon George Little.

La politique du Pentagone est de maintenir en permanence une moyenne annuelle de 1,7 porte-avions dans la région dépendant du Centcom, sur les 11 de l'inventaire américain. Depuis début 2012, deux porte-avions se sont toujours trouvés sur zone, signe des tensions dans la région, que le déploiement accéléré du Stennis ne fait que confirmer.

Le John-Stennis avait rejoint son port d'attache de Bremerton (Etat de Washington, nord-ouest) seulement en mars, après huit mois de déploiement. Au début de l'année, l'Iran avait menacé de s'en prendre aux navires militaires américains qui repasseraient le détroit d'Ormuz après que le porte-avions eut croisé dans le Golfe.

Plusieurs navires, dont des porte-avions, sont depuis retournés dans le Golfe sans que Téhéran ne réagisse mais les tensions restent fortes et les Etats-Unis ont renforcé de manière significative leurs moyens militaires dans la région, notamment en matière de lutte contre les mines.

Le détroit d'Ormuz est un goulet stratégique par lequel transitent 40% des exportations mondiales de pétrole par voie maritime. Leon Panetta a averti que son blocage constituerait une "ligne rouge" pour les Etats-Unis.

mra/sam

PLUS:afp