NOUVELLES

L'enquête se poursuit sur l'affaire de la diffusion de photos osées d'une juge

16/07/2012 03:34 EDT | Actualisé 15/09/2012 05:12 EDT

WINNIPEG - Un homme qui affirme avoir été harcelé sexuellement par une juge du Manitoba a été accusé, lundi, de ne pas être une victime innocente, mais plutôt un amateur de flirts à saveur sexuelle, qui a en plus tendance à intenter des poursuites.

Alexander Chapman était le premier témoin à comparaître dans le cadre d'une enquête sur la juge Lori Douglas, de la Cour du banc de la reine, dont les photos sexuellement explicites se sont retrouvées sur un site Internet consacré aux relations sexuelles «interraciales».

Le Conseil canadien de la magistrature examine une plainte déposée par M. Chapman en 2010. Il allègue avoir été la cible d'un stratagème sexuel mis sur pied par Mme Douglas et son mari, Jack King, plusieurs années auparavant.

À l'époque, M. King était l'avocat chargé du divorce de M. Chapman, et Mme Douglas était une avocate au sein du même cabinet. M. Chapman, qui est Noir, dit avoir été approché par M. King pour avoir des relations sexuelles avec sa femme, et avoir été dirigé vers le site Internet «Dark Cavern», consacré aux relations sexuelles entre des hommes noirs et des femmes blanches.

M. King et Mme Douglas ont déjà admis que des photos déposées sur ce site étaient bien celles de la juge. Ils ont cependant toujours soutenu que M. King avait agi à l'insu de sa femme — il aurait mis les photos de sa femme en ligne sans la prévenir, et il aurait proposé à M. Chapman des relations sexuelles avec elle sans son consentement.

M. Chapman a déposé une plainte contre M. King en 2003 pour harcèlement sexuel, et a ensuite obtenu 25 000 $ en échange du retour de toutes les photos et de ne jamais plus discuter de l'affaire. Il a violé cette entente en 2010, affirmant qu'il souffrait toujours de stress.

Au même moment, M. Chapman a intenté des poursuites contre M. King, Mme Douglas et leur cabinet d'avocats. Ces poursuites ont rapidement été abandonnées ou rejetées.

Me King, lui, a été réprimandé par la Société du Barreau du Manitoba, et a dû payer 14 000 $ en frais.

PLUS:pc