NOUVELLES

Fabius pour une transition respectant toutes les communautés en Syrie

16/07/2012 02:02 EDT | Actualisé 15/09/2012 05:12 EDT

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a estimé lundi qu'en cas de départ du pouvoir du président Bachar al-Assad, le nouveau régime en Syrie devra respecter toutes les communautés, y compris la communauté alaouite dont est issu le chef de l'Etat.

"Dans notre esprit, si le régime de Bachar al-Assad est appelé à être remplacé, comme c'est souhaitable, il faudra que toutes les communautés soient respectées y compris, j'insiste, la communauté alaouite", a déclaré M. Fabius lors d'un point de presse concluant sa visite à Alger.

"Il ne faut pas qu'une communauté l'emporte sur les autres, a-t-il ajouté. Il faut trouver une transition qui permette le respect de l'intégrité du pays et une place équitable et reconnue à toutes les communautés".

"Je crois qu'il est incontestable et incontesté que lorsque a éclaté le drame syrien, c'est l'attitude du régime, du gouvernement de Bachar al-Assad qui a été à l'origine des exactions commises", a-t-il affirmé, en réponse à une question sur la responsabilité de l'opposition dans ce drame.

"Personne de raisonnable ne soutient que c'est la résistance qui a déclenché les massacres auxquels on a assisté. C'est le régime qui a déclenché tout cela", a jugé M. Fabius.

Evoquant les 17.000 morts dénombrés par une ONG syrienne depuis la mi-mars 2011, il a averti qu'il y avait "un risque extrêmement grave" que "ce conflit devienne une guerre confessionnelle".

"A partir du moment où l'affrontement devient une guerre confessionnelle, il est très difficile -c'est la fin de l'histoire- d'arrêter ce type de conflit", a dit M. Fabius, en évoquant ses "conséquences sur les pays voisins, le Liban, mais aussi dans d'autres pays où il y a des dizaines de milliers de réfugiés avec des problèmes considérables".

bmk/hj/cco

PLUS:afp