NOUVELLES

Damas a bien "massacré des civils" à Treimsa, selon Washington

16/07/2012 03:01 EDT | Actualisé 15/09/2012 05:12 EDT

Le département d'Etat américain a réaffirmé lundi que les forces du régime syrien avaient "massacré des civils" à l'arme lourde jeudi dernier dans le village de Treimsa, dans le centre de la Syrie.

Alors que la Russie bloque un projet de déclaration du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant l'utilisation par la Syrie d'armes lourdes à Treimsa, le porte-parole de la diplomatie américaine, Patrick Ventrell, a assuré qu'il existait "des premières preuves évidentes selon lesquelles le régime avait fait usage d'armes lourdes pour massacrer des civils, pour massacrer des gens dans ce village".

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, des bombardements et des combats ont fait plus de 150 morts le 12 juillet, dont des dizaines de rebelles, à Treimsa, une localité sunnite du centre de la Syrie.

L'opposition et une partie de la communauté internationale avaient dénoncé un "massacre". La secrétaire d'Etat Hillary Clinton avait directement accusé le "régime syrien" d'avoir "massacré plus de 200 hommes, femmes et enfants" à Treimsa.

Mais pour la Russie, ce qui s'est passé "n'est pas clair", a indiqué lundi un diplomate à l'ONU. Avant de se prononcer sur le projet de déclaration, Moscou exige que le général Robert Mood, chef de la Mission de l'ONU en Syrie (Misnus), rende compte au Conseil des constatations qu'ont pu faire sur place les observateurs de l'ONU.

Les ambassadeurs des 15 pays membres du Conseil doivent en discuter lundi.

Après avoir envoyé des patrouilles à Treimsa ce week-end, la Misnus a indiqué que "plus de 50 maisons ont été brûlées et/ou détruites", faisant état de la présence de "mares de sang et de restes de cerveaux" humains, mais sans donner de bilan précis. Selon la mission, "de l'artillerie, des obus de mortiers et des armes légères" ont été utilisées.

"Nous attendons le rapport final de l'ONU", a indiqué M. Ventrell.

nr/lor

PLUS:afp