NOUVELLES

Syrie: l'Iran propose d'accueillir une rencontre gouvernement/opposition

15/07/2012 05:17 EDT | Actualisé 14/09/2012 05:12 EDT

L'Iran, allié du régime de Damas, est prêt à organiser à Téhéran une rencontre entre le gouvernement syrien et l'opposition pour tenter de dénouer le crise en Syrie, a déclaré dimanche le ministre iranien des Affaires étrangères Ali Akbar Salehi à la chaîne en arabe Al-Alam.

"L'Iran est prêt à inviter l'opposition syrienne à Téhéran pour un dialogue avec le gouvernement syrien", a déclaré M. Salehi sans préciser si cette invitation était valable pour les mouvements armés menant une rébellion contre le régime du président Bachar al-Assad.

"Nous croyons que la question syrienne doit avoir une solution syrienne", a-t-il ajouté, en réaffirmant un des leitmotivs de l'Iran dans cette affaire.

Téhéran, qui s'inquiète d'une possible chute du régime de Damas, son principal allié dans la région, tente depuis plusieurs semaines d'imposer sa présence dans les efforts diplomatiques pour trouver une solution à la crise.

"L'Iran est prêt à jouer son rôle pour ramener la stabilité et la sécurité en Syrie" et éviter que la crise dans ce pays ne fasse "rapidement tâche d'huile dans toute la région", avait expliqué samedi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Ramin Mehmanparast.

L'Iran a proposé à plusieurs reprises d'user de son influence auprès du régime syrien pour tenter d'instaurer un dialogue, mais c'est la première fois qu'il propose d'accueillir l'opposition syrienne dont les membres étaient jusqu'alors plutôt qualifiés de "terroristes" par les dirigeants iraniens.

L'émissaire international Kofi Annan ainsi que la Russie et la Chine sont en faveur d'une participation de l'Iran à la recherche d'une solution de la crise syrienne.

L'opposition syrienne et certains pays occidentaux et arabes rejettent toutefois catégoriquement toute implication iranienne, accusant Téhéran d'aider militairement à la répression en Syrie.

L'Iran, qui dément une telle aide, accuse de son côté ces pays d'armer les rebelles syriens pour provoquer la chute du régime de Damas et affaiblir le front anti-israélien dont la Syrie est un élément clef.

fpn-lma/sgh/cco

PLUS:afp