NOUVELLES

L'Arabie dénonce une ingérence de la Russie dans ses affaires intérieures

15/07/2012 02:23 EDT | Actualisé 13/09/2012 05:12 EDT

L'Arabie saoudite a dénoncé comme "une ingérence flagrante et injustifiée dans ses affaires" intérieures la déclaration d'un responsable russe sur les derniers heurts entre manifestants chiites et la police dans l'est du royaume.

Sur le site internet du ministère russe des Affaires étrangères, Konstantin Dolgov, représentant russe pour les droits de l'Homme, a exprimé sa "profonde inquiétude" après la mort de deux chiites le 9 juillet dans des heurts ayant suivi l'arrestation d'un religieux dans l'est du royaume.

Evoquant "un risque" pour la stabilité de l'Arabie saoudite, le responsable russe a demandé à Ryad d'agir pour éviter un conflit "confessionnel" et assurer "le respect des droits de l'Homme, dont le droit à la liberté d'expression".

"C'est une ingérence flagrante et injustifiée dans les affaires du royaume", a répliqué un porte-parole du ministère saoudien des Affaires étrangères, cité tard samedi soir par l'agence officielle Spa.

S'élevant contre une déclaration "hostile" de M. Dolgov, le porte-parole a souligné que Ryad "s'est toujours abstenu de s'immiscer dans les affaires internes de la Russie et dans sa politique face aux troubles survenus à l'intérieur de ses frontières, qui ont fait de nombreux morts".

Il a émis l'espoir que "cette déclaration ne soit pas destinée à détourner l'opinion publique des massacres sauvages et ignobles commis par le régime syrien contre son peuple, avec le soutien de certaines parties qui entravent tout effort sincère déployé pour mettre fin à l'effusion du sang des Syriens".

Ce vif échange entre Moscou et Ryad témoigne d'une exaspération de la tension entre les deux pays autour de la crise syrienne.

Alors que l'Arabie saoudite, chef de file des monarchies du Golfe, est très critique du régime du président Bachar al-Assad pour sa sanglante répression de la contestation, la Russie, allié de Damas, bloque tout projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU condamnant le régime syrien.

bur/tm/cco

PLUS:afp