NOUVELLES

La CLASSE ne se prononcera pas sur la poursuite des grèves étudiantes

15/07/2012 10:53 EDT | Actualisé 14/09/2012 05:12 EDT

MONTREAL - La Coalition large de l'association pour une solidarité syndicale étudiante (CLASSE) a décidé de ne pas donner de mot d'ordre quant à la poursuite des grèves dans les cégeps et les universités du Québec.

À l'issue d'un congrès tenu samedi à l'Université Laval de Québec, la CLASSE, bien que très militante, a choisi de laisser le champ libre aux assemblées générales qui tiendront des votes de grève le mois prochain en vue du retour en classe prévu par la loi 12 (connue comme le projet de loi 78 avant son adoption).

«En ce moment, on a beaucoup de difficulté à savoir exactement quel est l'état d'esprit de la population étudiante, a reconnu un porte-parole de la Coalition, Gabriel Dubois-Nadeau, en entrevue à La Presse Canadienne. Par conséquent, on a aussi beaucoup de difficulté à savoir quel va être l'impact d'un déclenchement d'élections sur les votes de grève.»

Le calendrier des différentes assemblées reste d'ailleurs à établir.

Par voie de communiqué, la CLASSE a aussi fait savoir qu'elle entend poursuivre sa tournée du Québec au cours des prochaines semaines, et ce, même si des élections générales devaient être déclenchées le 1er août. Des assemblées étaient d'ailleurs prévues à l'horaire dimanche à St-Jean-sur-Richelieu et à Sherbrooke.

La tournée panquébécoise de la Coalition vise à mobiliser les étudiants en vue de la rentrée scolaire et à faire connaître ses positions sur l'éducation, la démocratie, le Plan Nord, les femmes et les autochtones. Ces idées ont été rassemblées dans un manifeste rendu public la semaine dernière.

Le contenu de ce texte a d'ailleurs été critiqué vendredi par la ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, qui a reproché aux étudiants de s'éloigner de l'enjeu des frais de scolarité pour se disperser dans toutes sortes d'autres débats.

«Au début de la grève, les libéraux attaquaient le mouvement étudiant en lui reprochant son corporatisme, explique Gabriel Nadeau-Dubois. Maintenant, on dépasse ce qui ne concerne que nous et on parle de ce qu'on veut pour le Québec de demain.»

Parallèlement à cette tournée québécoise, des représentants de la Coalition participent également à une tournée de l'Ontario organisée par la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants (FCEE) afin de décrire leur combat contre la hausse des droits de scolarité au Québec.

En cas d'élections, la CLASSE n'appuiera aucun parti politique. Cette décision, annoncée la semaine dernière par l'exécutif, a été entérinée samedi par les associations membres.

Enfin, la Coalition invite les étudiants et la population en général à se joindre aux manifestations prévues à travers tout le Québec le dimanche 22 juillet.

Près de 100 000 étudiants sont membres de la CLASSE dans les cégeps et les universités du Québec.

PLUS:pc