NOUVELLES

USA: l'équipe Obama continue à attaquer Romney et essaie de le ridiculiser

14/07/2012 11:03 EDT | Actualisé 13/09/2012 05:12 EDT

L'équipe de Barack Obama est revenue à la charge samedi contre le rôle joué par Mitt Romney dans son ex-société d'investissement en période de licenciements, ridiculisant le candidat républicain dans une publicité télévisée.

Révélée 12 heures après que M. Romney, ulcéré par des attaques selon lui "fausses, trompeuses et malhonnêtes", eut réclamé des excuses à M. Obama, cette publicité accusant le républicain d'être "le problème" et "pas la solution" semble montrer que ces injonctions sont tombées dans l'oreille d'un sourd.

La vidéo, mise en ligne samedi matin sur le site YouTube et destinée à être diffusée dans une série d'Etats cruciaux sur la carte électorale américaine, réitère des accusations à l'encontre des pratiques de la société d'investissement Bain Capital que M. Romney a fondée en 1984 et qui a fait sa fortune. Mais elle vise aussi directement le candidat et ses finances personnelles.

"Les entreprises de Mitt Romney ont délocalisé au Mexique", "En tant que gouverneur (du Massachusetts), Romney a sous-traité des emplois en Inde", "Il avait des millions sur un compte en Suisse, des paradis fiscaux comme les Bermudes et les îles Caïmans", accuse cette vidéo de 30 secondes.

Mais c'est surtout par la bande sonore que la publicité se distingue: on y entend M. Romney massacrer la chanson patriotique "America the beautiful", un exercice auquel le candidat républicain s'était astreint en Floride (sud-est) pendant une réunion électorale en janvier.

Le président Obama concluait de son côté samedi deux journées de campagne dans l'Etat-clé de Virginie (est) par des réunions dans des banlieues résidentielles de Richmond et de la capitale fédérale, Washington.

Face à ses partisans venus l'écouter vendredi, de l'Atlantique aux Appalaches, M. Obama s'est gardé d'attaquer M. Romney de façon aussi musclée que dans ses publicités. Samedi, à Glen Allen près de Richmond, il a rappelé à 900 personnes, venues l'écouter sous une pluie battante, son idée d'une économie revitalisée à partir de la classe moyenne.

"M. Romney a une idée différente. Il a investi dans des entreprises qui ont été qualifiées de pionnières des délocalisations", a-t-il affirmé. "Moi, je veux que les entreprises reviennent", a-t-il ajouté. Il a prévu de faire campagne entre lundi et vendredi prochains en Ohio (nord), au Texas (sud) et en Floride (sud-est).

Depuis jeudi, la campagne de la présidentielle américaine du 6 novembre est monopolisée par les conséquences d'une enquête du journal Boston Globe affirmant que M. Romney aurait menti sur la date à laquelle il a quitté Bain Capital.

M. Romney assure avoir quitté sa société en 1999. Mais selon des documents fédéraux officiels produits par le journal du Massachusetts, il y serait resté trois ans de plus et en possédait toujours 100% en 2002.

Cette période de 1999-2002 est cruciale car c'est à cette époque qu'ont eu lieu des suppressions d'emploi liées à des rachats d'entreprises par Bain Capital.

Que les démocrates réussissent à impliquer M. Romney dans ces licenciements, et il perdrait l'un de ses principaux arguments, l'idée que son succès dans les affaires le prédisposerait à devenir un bon président pour l'emploi.

Vendredi soir, M. Romney a répété sa position antérieure. "Je n'ai eu absolument aucun rôle dans la gestion de Bain Capital après février 1999", a-t-il insisté à l'antenne de CNN, en assurant "qu'il y a une différence entre être actionnaire et gérer" sa société.

Il a aussi sommé l'équipe de M. Obama de cesser de diffuser des informations "fausses, trompeuses et malhonnêtes" à ce sujet, et même affirmé, dans un entretien distinct à CBS, que le président avait "sacrément intérêt à dire qu'il est désolé des attaques qui viennent de son équipe".

La directrice de campagne adjointe de M. Obama, Stephanie Cutter, a riposté samedi sur son compte Twitter en accusant M. Romney de verser des "larmes de crocodile" sur ces attaques, stratégie à laquelle il a lui aussi recours contre M. Obama selon elle.

tq/bdx

PLUS:afp