NOUVELLES

RIM condamnée par un jury à payer 147,2 M$ pour violation de brevet

14/07/2012 03:26 EDT | Actualisé 13/09/2012 05:12 EDT

TORONTO - Alors que la poussière commençait à retomber après une assemblée annuelle houleuse, Research in Motion (TSX:RIM) a subi un nouveau revers vendredi lorsqu'un jury du nord de la Californie lui a ordonné de verser 147,2 millions $ à une entreprise du Delaware dans le cadre d'une poursuite pour violation de brevet.

La compagnie basée à Waterloo, en Ontario, se remettait à peine de l'assemblée de mardi, durant laquelle ses dirigeants ont été vertement critiqués, au moment où le verdict a été rendu vendredi au terme d'un procès concernant un système de gestion à distance d'appareils sans-fil.

La décision du tribunal ne pouvait pas tomber plus mal pour RIM, qui a essuyé une perte pour le premier trimestre de 2012 et reporté le lancement du système d'exploitation pour la gamme BlackBerry 10 à l'an prochain, a indiqué samedi un analyste.

Selon Carmi Levy, ce n'est pas la première fois que le géant de l'industrie technologique fait l'objet de ce genre de poursuites, qui sont perçues comme étant inévitables dans ce domaine, et celle-ci n'avait pas attiré l'attention avant qu'elle ne se solde par une condamnation pour RIM.

«Il n'y a jamais de bons moments pour perdre une poursuite de 147 millions $ mais il y a certainement de mauvais moments et c'est clairement le cas pour RIM, a-t-il affirmé en entrevue avec La Presse Canadienne. Au-delà de l'argent, perdre une telle cause a un énorme impact psychologique.»

M. Levy a soutenu que, vu de l'extérieur, RIM avait l'air de recevoir un autre coup alors qu'elle était déjà au sol et que les détracteurs tireraient parti du jugement pour nourrir leurs attaques contre l'entreprise.

Il a ajouté que porter la décision en appel, ce que RIM envisage de faire, monopolisera des ressources essentielles que la société devrait plutôt employer pour redéfinir ses priorités et se remettre en selle.

D'après l'expert, l'amende représente une somme importante pour la compagnie, qui a actuellement 2 milliards $ en réserve, alors que cet argent devrait servir à une seule chose: lancer de nouveaux produits sur le marché.

L'entreprise a déclaré qu'elle était déçue de voir que les jurés s'étaient rangés du côté de Mformation Technologies et qu'elle évaluait actuellement toutes ses options sur le plan juridique.

«RIM a travaillé dur pendant de nombreuses années pour développer de manière indépendante sa technologie BlackBerry et son portfolio de propriété intellectuelle, et RIM ne croit pas que le brevet de Mformation est valide», a indiqué la compagnie dans un communiqué publié samedi.

Lors de l'assemblée annuelle la semaine dernière, les actionnaires ont exprimé leur frustration et certains ont même demandé un remaniement majeur du conseil de direction de la société.

Pour les investisseurs, il s'agissait de la première occasion depuis l'été dernier de parler directement aux dirigeants de RIM, y compris le nouveau chef de la direction Thorsten Heins.

Les actions de la société, qui se vendaient plus de 30 $ il y a moins d'un an, ont récemment chuté sous la barre des 8 $.

Durant les derniers mois, RIM a procédé à d'importants changements tout en s'activant pour lancer les téléphones intelligents BlackBerry 10 et leur système d'exploitation, dont la sortie a déjà été retardée.

Ces nouveaux appareils, qui sont vus comme l'ultime chance de RIM de survivre, doivent notamment concurrencer l'iPhone d'Apple et les téléphones utilisant le système Android.

PLUS:pc