MONTRÉAL - La vague du chaleur qui pèse sur le Québec a mené à des records de température dans au moins trois villes de la province, samedi, incluant Montréal.

Selon Julie Deshaies, météorologue à Environnement Canada, le sud de la province a été particulièrement touché par la hausse du mercure, dans une région s'étendant jusque vers la Vieille capitale.

À Montréal, un record de chaleur pour un 14 juillet a été battu, alors qu'une température de 33,3 degrés Celsius a été enregistrée à l'aéroport Trudeau, éclipsant l'ancienne marque de 32,8 degrés atteinte il y a exactement 60 ans. La ville de Sherbrooke a elle aussi connu une température record, avec 32,2 degrés Celsius en cours de journée, fracassant l'ancien maximum de 30,4 de 2006. Shawinigan, enfin, a dépassé par un degré un record remontant à 1943.

Au dire de Mme Deshaies, Trois-Rivières aurait également battu un record de chaleur, mais puisque la station de vérification y est plus près du fleuve, les températures sont toujours un peu plus fraîches.

Cette vague chaleur nous vient des États-Unis et devrait se poursuivre jusqu'à mercredi prochain. Mme Deshaies parle toutefois de l'arrivée d'un front froid dimanche, «avec des nuages de plus en plus présents au courant de la journée, mais un taux d'humidité qui demeure le même». Les mêmes régions devraient être touchées.

Environnement Canada a émis samedi un avertissement de chaleur accablante pour plusieurs régions du Québec.

«Disons que c'est le même système, c'est un grand anticyclone qui perdure sur la Nouvelle-Angleterre et sur nous. Nous n'avons droit à une humidité importante que depuis quelques jours seulement», a dit Mme Deshaies.

Selon Mme Deshaies, le front froid qui doit se pointer dimanche provoquait déjà des orages dans le nord de l'Ontario, avant de descendre vers le sud du Québec. En fin d'après-midi, dimanche, les villes de ce secteur de la province pourraient donc être touchées par des orages violents, mais dispersés, ne laissant tomber que peu de pluie.

«Dès la journée de mardi, un peu plus de chaleur devrait revenir, avant qu'un front froid ne ramène des températures de saison mercredi», a dit Mme Deshaies, qui parle de températures normales pour la saison estivale.

De son côté, l'Agence de la santé et des services sociaux de Montréal ne lancera son plan d'urgence que si elle entrevoit une canicule, ce qui n'est pas encore le cas.

Une canicule implique trois jours à plus de 33 degrés Celcius et deux nuits au-dessus de 20 degrés.

Les directions de santé publique invitent la population à veiller sur les personnes vulnérables, c'est-à-dire les personnes âgées, les malades chroniques, les personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale et les jeunes enfants.

Loading Slideshow...