SAN DIEGO - Quentin Tarantino redéfinit les relations raciales dans le Sud américain de l'avant-Guerre civile avec «Django Unchained», sa saga à la sauce western dont il a présenté des extraits en première à l'événement Comic-Con.

M. Tarantino a déclaré samedi qu'il avait voulu tourner un western depuis longtemps et que l'idée pour «Django Unchained» lui était venue il y a 13 ans.

«Cette idée initiale, il y a 13 ans, était celle d'un esclave qui devient un chasseur de primes et poursuit des Blancs avant la Guerre civile», a dit le réalisateur lors d'une conférence de presse tenue en présence de la majeure partie de sa distribution, incluant Jamie Foxx dans le rôle principal, Kerry Washington, Don Johnson et Christoph Waltz.

Ce dernier a remporté un Oscar pour son rôle de soutien dans le film sur la Deuxième Guerre mondiale de M. Tarantino, «Inglorious Basterds».

«Djangon Unchained» met en vedette M. Foxx dans le rôle d'un homme désirant se venger alors qu'il tente de secourir sa femme (Kerry Washington). M. Waltz joue un dentiste devenu mercenaire qui prend Django sous son aile alors qu'ils s'attaquent au propriétaire d'une plantation (Leonardo DiCaprio) où des esclaves sont entraînés en vue d'un sport sanglant. Samuel L. Jackson, vedette de «Pulp Fiction», un autre film de Tarantino, interprète un esclave fidèle à DiCaprio.

Quentin Tarantino a montré environ huit minutes de film, diffusant des scènes de M. Foxx lors de sa libération par M. Waltz et des deux personnages faisant équipe pour pourchasser des surveillants sudistes.

Le film promet d'être un récit d'action sanglant comme les aime le réalisateur, MM. Foxx et Waltz faisant pleuvoir les balles sur les méchants. M. Tarantino a imaginé que les personnages de M. Foxx et de Mme Washington étaient les ancêtres d'un dur à cuire du 20e siècle, disant qu'il avait pensé à eux comme les arrière-arrière-arrière-arrière grands-parents de John Shaft, le détective taciturne et violent interprété par Richard Roundtree dans «Shaft», sorti en 1971.

M. Foxx, gagnant d'un Oscar pour le rôle de Ray Charles dans le film biographique «Ray», dit avoir puisé dans ses propres expériences accumulées pendant son enfance au Texas, où il a dû subir les préjudices et les épithètes raciales.

«Au début de ce processus, Tarantino m'a pris à part et m'a dit "Je crains que tu ne puisses pas connecter avec cet esclave"», a dit l'acteur. «Ce qu'il disait, c'était, tu vis ta vie comme Jamie Foxx. Tu vis ta vie comme cette célébrité. Comment te débarrasses-tu de tout cela et comment te mets-tu dans la peau de cet esclave? Il a dit "Débarrasse-toi de ça immédiatement. Mets-toi à nu et recommence du début".»

«Django Unchained» sera à l'affiche en décembre.