NOUVELLES

Obama réclame de nouveau la fin des cadeaux fiscaux pour les riches

14/07/2012 09:36 EDT | Actualisé 13/09/2012 05:12 EDT

Le président américain Barack Obama a de nouveau réclamé samedi la fin d'allégements fiscaux pour les Américains les plus riches, accompagnée d'une prolongation de ces cadeaux fiscaux pour la plupart des Américains.

"Selon mon plan, 98% des familles américaines auront moins d'impôts à payer", a déclaré M. Obama, candidat à sa propre succession, lors de son allocution hebdomadaire à la radio et sur internet.

"En contre-partie les autres 2% d'Américains devront payer un peu plus sur la partie de leurs revenus qui dépasse les 250.000 dollars", a poursuivi le président. "En d'autres termes les Américains qui gagnent le plus retrouveront le même taux d'imposition que sous la présidence de Bill Clinton", a encore dit M. Obama qui demande au Congrès d'agir sur cette question.

Cette nouvelle déclaration du candidat démocrate intervient alors que le bras de fer avec les républicains s'intensifie concernant les sujets sensibles des réductions d'impôts.

Le 1er janvier prochain des allégements fiscaux, mis en place sous George W. Bush et prolongés par Barack Obama, doit arriver à leur terme. Démocrates et républicains sont en désaccord sur la manière dont cette mesure pourrait être prolongée.

Alors que M.Obama privilégie une augmentation d'impôts pour les plus riches, ses adversaires républicains estiment que cela fragiliserait l'économie déjà fragile du pays.

Si les allègements fiscaux n'étaient pas prolongés "cela aurait un sérieux impact pour les finances des familles des classes moyennes", a répété M. Obama.

Celui-ci a en revanche rejeté l'idée des républicains selon laquelle la bonne santé des ménages les plus riches se répandrait progressivement au reste de la population et permettrait de créer des emplois pour les Américains des classes moyennes. "Nous avons déjà essayé cela durant dix ans et cela n'a pas marché", a-t-il dit.

De leur côté les républicains, par la voix du sénateur de l'Ohio Rob Portman, ont avancé que le plan Obama conduirait à une importante augmentation d'impôts pour près d'un million de petites entreprises.

"Augmenter les impôts de ceux qui créent des emplois alors que la situation est déjà difficile sur ce plan-là, cela reviendrait à couper l'eau durant une sécheresse", a estimé Rob Portman.

mk/bdx/emp

PLUS:afp