NOUVELLES

La famille d'un pasteur américain enlevé en Égypte craint pour sa santé

14/07/2012 10:48 EDT | Actualisé 13/09/2012 05:12 EDT

BOSTON - La famille d'un pasteur pentecôtiste enlevé samedi en Égypte a appelé son ravisseur à relâcher l'homme de 61 ans, affirmant qu'il était diabétique et que la famille craignait pour sa santé.

Le fils du révérend Michel Louis a déclaré à l'Associated Press (AP) que son père participait à un voyage religieux pour retracer les déplacements de Jésus en terre sainte avec 23 autres membres du clergé et des croyants lorsqu'il a été kidnappé. Une femme de 39 ans et un guide ont également été enlevés en plein jour, vendredi.

Jirmy Abu-Masuh, un Bédouin égyptien, a dit à l'AP qu'il était armé lorsqu'il a arrêté le car sur une route reliant Le Caire au Mont Sinaï, ordonné aux trois individus de descendre et en a fait ses captifs. Il a déclaré qu'ils seraient relâchés uniquement après que la police ait libéré son oncle de prison, et il a fait le voeu de prendre d'autres otages de différentes nationalités si ses demandes n'étaient pas satisfaites.

Le porte-parole de l'ambassade américaine David Linfield a indiqué que l'ambassade s'intéressait au kidnapping et travaillait étroitement avec les autorités égyptiennes qui faisaient tout en leur pouvoir pour s'assurer de la libération sécuritaire des otages.

L'enlèvement a eu lieu le long de la route liant Le Caire et le monastère Sainte-Catherine, datant du sixième siècle. Celui-ci est situé au pied du Mont Sinaï où, selon l'Ancien Testament, Moïse a reçu les tables de pierre comportant les Dix commandements.

La route est fréquemment ciblée par les Bédouins qui kidnappent des touristes pour forcer la police à accéder à leurs demandes, qui consistent généralement à relâcher un proche qui, selon eux, a été arrêté injustement. Les otages sont rarement molestés et sont habituellement relâchés dans les jours suivant leur enlèvement.

M. Abu-Masuh, de la tribu Tarbeen de la péninsule du Sinaï égyptien, a déclaré à AP que le premier ministre Kamal el-Ganzouri l'avait appelé personnellement pour lui demander de relâcher les Américains. Il insiste toutefois pour que son oncle soit libéré. Selon lui, il aurait été arrêté pour avoir refusé de payer un pot-de-vin à un policier.

PLUS:pc