NOUVELLES

Égypte: Hillary Clinton demande au président Morsi de s'entendre avec l'armée

14/07/2012 10:20 EDT | Actualisé 13/09/2012 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - La secrétaire d'État américaine Hillary Clinton a profité de sa première rencontre avec le nouveau président islamiste de l'Égypte pour presser Mohammed Morsi d'entamer un dialogue avec les leaders militaires, histoire de préserver la transition du pays vers la démocratie.

Mme Clinton a soutenu une «transition complète» vers un régime civil au moment où les partisans de M. Morsi sont coincés dans un affrontement politique avec les généraux qui dirigent le pays depuis que le président Hosni Moubarak a été renversé l'an dernier.

Résoudre l'impasse «nécessite un dialogue et des compromis, ainsi qu'une véritable politique» a déclaré Mme Clinton. Elle a ajouté que les États-Unis faisaient tout en leur pouvoir pour soutenir le gouvernement démocratiquement élu et lui permettre de réussir à «offrir des résultats au peuple d'Égypte».

Cette rencontre au palais présidentiel a inauguré une série de rencontres de haut niveau visant à stabiliser la démocratie égyptienne chancelante et son alliance avec les États-Unis, autrefois solide comme le roc mais désormais de plus en plus instable.

Le président Morsi est plongé dans un affrontement avec les généraux depuis son arrivée au moins symbolique au pouvoir le 30 juin. Tout juste avant son investiture, les généraux lui ont retiré plusieurs pouvoirs qu'ils ont conservés pour eux.

Ce geste fait suite à une décision de la Cour constitutionnelle suprême égyptienne, le mois dernier, de dissoudre le parlement dominé par les islamistes, le premier élu de façon démocratique, après avoir jugé qu'un tiers de ses membres avaient été illégalement élus. Le président a émis un décret pour forcer le retour des législateurs, dont la plupart sont des alliés des Frères musulmans.

Les États-Unis ont pris bien soin de ne pas prendre parti, se concentrant sur les principes plutôt que les personnalités et les formations politiques. L'administration Obama a demandé aux groupes impliqués de négocier une transition pour une progression demeurant fidèle aux idéaux de la révolution égyptienne de 2011.

PLUS:pc