NOUVELLES

Washington met en garde la Syrie sur ses armes chimiques

13/07/2012 11:46 EDT | Actualisé 12/09/2012 05:12 EDT

Les Etats-Unis ont prévenu vendredi la Syrie qu'elle serait "tenue responsable" si elle ne garantissait pas la sécurité de ses armes chimiques, après un article suggérant le déplacement de certaines d'entre elles hors de leur lieu de stockage.

Dans son édition de jeudi, le quotidien Wall Street Journal évoquait la possibilité, citant des rapports du renseignement, que des armes chimiques soient en train d'être déplacées.

"Nous avons clairement indiqué plusieurs fois que le gouvernement syrien avait la responsabilité de protéger ses stocks d'armes chimiques", a déclaré la porte-parole du Département d'Etat américain, Victoria Nuland.

"La communauté internationale demandera des comptes aux responsables syriens qui échoueront à satisfaire cette obligation", a-t-elle ajouté au cours d'une visite de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton au Cambodge.

Selon le journal, des responsables américains craignent que les armes soient utilisées contre des rebelles ou des civils. D'autres pensent que le matériel est mis hors de portée des groupes armés et des puissances occidentales.

L'administration Obama est "particulièrement inquiète au sujet de stocks syriens de gaz sarin", a-t-il précisé. La Syrie aurait également des stocks de gaz moutarde et de cyanure.

Déclinant tout commentaire sur les informations du Wall Street Journal, le porte-parole du Pentagone George Little a de son côté jugé "très important que le régime syrien maintienne le contrôle de ses stocks d'armes chimiques", ce qui est actuellement le cas selon lui.

"Nous suivons ça de très près, pas seulement les Etats-Unis mais la communauté internationale", a-t-il dit.

En juin, le chef d'état-major adjoint israélien, le général Yaïr Naveh, avait affirmé que la Syrie disposait du "plus important arsenal d'armes chimiques du monde", mis au point depuis 40 ans. Elle compte dans son arsenal du gaz de type sarin, VX ainsi que du gaz moutarde.

La Syrie est en proie depuis mars 2011 à une révolte populaire contre le régime de Bachar al-Assad qui s'est militarisée au fil des mois face à la répression menée par les troupes régulières.

En 16 mois, les violences ont fait plus de 17.000 morts, dont près des deux tiers sont des civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

jkb-mra/chv

PLUS:afp