NOUVELLES

Tunisie: remaniement gouvernemental probable après le congrès d'Ennhada (Ghannouchi)

13/07/2012 12:17 EDT | Actualisé 12/09/2012 05:12 EDT

Le chef historique du parti islamiste Ennahda a indiqué vendredi à l'AFP que sa formation réunie en congrès pourrait se prononcer pour un remaniement du gouvernement et un élargissement de la coalition au pouvoir.

"Nous procédons à l'évaluation de la prestation du gouvernement en place depuis six mois pour en tirer les enseignements qui pourraient induire un changement de ministres ou de portefeuilles, voire l'élargissement de la coalition à d'autres partis", a déclaré Rached Ghannouchi au deuxième jour du congrès qui s'achèvera dimanche.

Ce futur possible remaniement servirait à donner "plus d'efficacité" à l'action du gouvernement dirigé par l'islamiste Hamadi Jebali en fonction depuis janvier 2011, a-t-il dit.

L'opposition parlementaire appelle à un gouvernement de salut national, alors que l'actuel cabinet est composé à moitié environ de membres d'Ennahda.

Des personnalités indépendantes, le Congrès pour la République (CPR) du président Moncef Marzouki et Ettakatol, deux partis du centre-gauche, se partageant le reste des portefeuilles.

Récemment, le ministre de la Fonction publique Mohamed Abbou, secrétaire général du CPR, a claqué la porte dénonçant des blocages dans l'excercice de ses fonctions, notamment en matière de lutte contre la corruption.

M. Ghannouchi a en outre souhaité adresser un message "rassurant au peuple tunisien quant à son avenir sous la direction d'Ennahda", a-t-il dit.

"Ennahda est un mouvement fort, soudé, modéré et partisan du consensus, le peuple tunisien a besoin d'être gouverné par consensus", a-t-il déclaré.

Ennahda tient son premier congrès public en Tunisie pour fixer sa future stratégie politique et sociale pour la prochaine étape de cette période transitoire, qui sera suivie par l'adoption d'une nouvelle Constitution et la tenue d'élections en mars 2013.

kl/Bsh/alf/sbh

PLUS:afp