NOUVELLES

Tunisie: le parti islamiste débat à huis-clos de sa stratégie politique

13/07/2012 08:25 EDT | Actualisé 12/09/2012 05:12 EDT

Le parti islamiste qui domine la coalition au pouvoir en Tunisie, Ennahda, débattait vendredi à huis clos de sa future stratégie, notamment de ses alliances, au deuxième jour d'un congrès se voulant historique.

Les quelque 1.000 délégués doivent adopter des motions fixant la stratégie électorale du parti, ainsi que son positionnement politique et social. Les projets de textes, qui doivent concilier les modérés et les tenants d'une aile plus radicale, n'ont cependant pas été communiqués à la presse.

Le président du congrès d'Ennahda, le ministre de la Santé Abdelatif Mekki, a indiqué à l'AFP que cette réunion visait à faire d'Ennahda "un front centriste qui va tenter de réunir toutes les forces modérées".

"Le parti doit être un mouvement modéré et fournira tous les efforts pour dégager un consensus, car c'est ce qu'il faut pour l'avenir de la Tunisie", a-t-il dit.

Selon lui, il sera notamment question d'élargir l'actuelle coalition, composée d'Ennahda et de deux partis de centre-gauche, à d'autres formations.

Un autre responsable du parti, Habib Ellouzi a déclaré que seule une minorité était hostile à toute forme d'alliance politique: "Il y a une minorité qui est contre l'idée de la coalition, mais le nombre reste très minime".

Les motions doivent être adoptées dimanche, dernier jour du congrès. Rached Ghannouchi, leader historique du mouvement, devrait rester à son poste.

A l'ouverture du congrès jeudi, M. Ghannouchi a aussi insisté sur le caractère modéré du parti et sur la nécessité d'un consensus national.

De nombreux analystes considèrent la coalition au pouvoir comme inégale et dominée par Ennahda, et l'opposition craint une dérive hégémonique islamiste bien que ce parti multiplie les assurances sur son caractère républicain.

Violemment réprimé sous le régime déchu de Ben Ali, Ennahda s'est imposé depuis la révolution de 2011 comme la première force du pays. Son congrès est le premier en Tunisie depuis 1988.

kl-alf/Bsh/vl

PLUS:afp