NOUVELLES

Soudan: un mois de manifestations contre le régime

13/07/2012 01:20 EDT | Actualisé 12/09/2012 05:12 EDT

Le Soudan est le théâtre depuis un mois de nombreuses manifestations contre la hausse des prix et le régime du président Omar el-Béchir.

La mobilisation, lancée le 16 juin par des étudiants de l'Université de Khartoum, s'est étendue dans le pays après l'annonce d'un plan d'austérité supprimant notamment les subventions sur les carburants.

--JUIN--

- 16: La police disperse par la force une manifestation à Khartoum de centaines d'étudiants dénonçant la hausse des prix des denrées alimentaires.

Le Soudan, qui a perdu les trois quarts de ses revenus pétroliers avec la sécession du Soudan du Sud en juillet 2011, a vu ses réserves de change fondre et sa monnaie s'effondrer. L'inflation a atteint plus de 30% en mai, selon des chiffres officiels.

- 18: M. Béchir annonce une série de mesures d'austérité destinées à soutenir l'économie exsangue: augmentation des impôts, suppressions de postes dans le secteur public et des subventions aux carburants notamment.

Nouveaux heurts à Khartoum entre police et manifestants dénonçant la hausse du coût de la vie.

- 22: La police disperse à coups de matraque et de gaz lacrymogènes des manifestations qui se multiplient à Omdurman, ville jumelle de Khartoum, ainsi que dans plusieurs villes du Sud, Sennar, Al-Obeid et à Wad Medani.

- 24: Manifestation d'une centaine d'étudiants d'une université d'Al-Obeid, réclamant la chute du régime. Omar el-Béchir minimise le mouvement de protestation, assurant que la multitude de petites manifestations violemment réprimées ne constituent pas une nouvelle étape du Printemps arabe.

- 26: Une journaliste égyptienne travaillant pour l'agence internationale Bloomberg, Salma El Wardany, expulsée par les autorités soudanaises après avoir été arrêtée pour sa couverture d'une manifestation estudiantine.

- 27: Des manifestations sont de nouveau réprimées, notamment à Kassala (est). Le 28, plus d'une centaine d'avocats manifestent à Khartoum et à Omdurman.

- 30: Près d'un millier de personnes arrêtées en marge de manifestations (militants).

--JUILLET--

- 4: Plus d'une centaine de journalistes manifestent à Khartoum contre la censure et les restrictions touchant les médias.

Des journalistes soudanais et étrangers ont été brièvement arrêtés en lien avec leur couvreture des manifestations, dont un photographe et un correspondant britannique de l'AFP.

- 5: 17 partis d'opposition et des ONG signent une charte et s'engagent à soutenir le mouvement pour mettre fin au système du parti unique. Parmi les piliers de la coalition se trouvent le parti Umma, ainsi que le Congrès populaire (PCP) de l'islamiste Hassan al-Tourabi.

- 9: Mise en place d'un gouvernement resserré par mesure d'économie.

- 11: Les forces de sécurité utilisent des balles réelles et se montrent de plus en plus agressives envers les manifestants, affirme une figure de l'opposition, Mariam al-Mahdi, membre du parti Umma, dénonçant "des attaques éhontées contre des mosquées".

- 13 juil: La police investit la mosquée Wad Nubawi à Omdurman, faisant usage de gaz lacrymogènes contre des manifestants réunis après la grande prière hebdomadaire. Plus de 30 arrestations.

Selon une organisation soudanaise de défense des droits de l'Homme, quelque 2.000 personnes ont été arrêtées depuis la mi-juin. Au moins 100 personnes sont toujours détenues dans la région de Khartoum, selon Amnesty International et Human Rights Watch.

bc/acm/cnp

PLUS:afp