NOUVELLES

Société de Romney: Obama intervient, son adversaire campe sur ses positions

13/07/2012 07:19 EDT | Actualisé 12/09/2012 05:12 EDT

Barack Obama a appelé vendredi son adversaire Mitt Romney à expliquer son rôle dans son ex-société entre 1999 et 2002, mais ce dernier a campé sur ses positions et sommé l'équipe du président sortant de cesser de diffuser des informations "malhonnêtes".

La journée de vendredi a été marquée par une nouvelle hausse de la tension dans cette controverse qui a fait passer au second plan les autres aspects de la campagne électorale en vue de la présidentielle du 6 novembre.

Les démocrates ont repris au bond une enquête du journal Boston Globe publiée jeudi selon laquelle M. Romney aurait menti sur la date à laquelle il a quitté la société d'investissement Bain Capital qu'il avait fondée en 1984 et grâce à laquelle il a fait fortune.

M. Romney dit avoir quitté sa société en 1999, date à laquelle il s'est occupé de l'organisation des jeux Olympiques de Salt Lake City. Mais selon des documents fédéraux officiels produits par le journal du Massachusetts (nord-est), il y serait resté trois ans de plus et en possédait toujours 100% en 2002, juste avant de devenir gouverneur de cet Etat.

Cette période 1999-2002 est cruciale car c'est à cette époque qu'ont eu lieu des suppressions d'emploi liées à des rachats d'entreprises par Bain Capital.

Que les démocrates réussissent à impliquer davantage M. Romney aux yeux des électeurs dans ces licenciements, et il perdrait l'un de ses principaux arguments de campagne, l'idée que son succès dans les affaires le prédisposerait à devenir un bon président pour l'emploi des Américains.

L'ancien gouverneur ne s'est pas privé d'attaquer M. Obama sur son bilan en matière d'emploi: le taux de chômage actuel au niveau national aux Etats-Unis s'établit à 8,2% contre 5% avant le début de la crise en 2008, après avoir atteint 10% au plus fort de la tourmente économique en 2009.

"En fin de compte, M. Romney, je pense, va devoir répondre à ces questions (sur Bain Capital), parce qu'il aspire à devenir président, et une des choses que l'on apprend est que l'on est responsable de la conduite de ses opérations", a souligné vendredi M. Obama au micro de la télévision locale WJLA de Washington, un entretien accordé au cours d'une tournée électorale en Virginie (est).

"C'est sans doute une question à laquelle il va devoir répondre et je pense qu'il s'agit d'un aspect légitime de la campagne", a ajouté M. Obama, en intervenant pour la première fois directement dans cet aspect du dossier. Au journaliste de WJLA qui lui demandait si M. Romney devrait "répondre vite" à ces questions, M. Obama a répondu: "oui, absolument".

"Je pense qu'il est entièrement légitime d'examiner ce bilan et de voir, si dans les faits, il s'agissait pour lui de créer des emplois et s'il a réussi. Et quand on examine ce bilan, il y a des questions qui se posent", avait auparavant dit le président démocrate sortant dans un entretien à la télévision CBS.

"J'ai déjà dit que lorsque vous êtes chef d'une société de capital-risque ou d'un fonds d'investissement, votre mission est de gagner de l'argent. Ce n'est pas de créer des emplois. Ce n'est même pas de créer un entreprise qui réussit. C'est de faire en sorte d'obtenir des retours sur investissement les plus importants possibles", avait-il aussi expliqué.

Mais vendredi soir, M. Romney a répété sa position antérieure. "Je n'ai eu absolument aucun rôle dans la gestion de Bain Capital après février 1999", a-t-il insisté à l'antenne de CNN, en assurant "qu'il y a une différence entre être actionnaire et gérer" sa société.

Il a aussi sommé l'équipe de M. Obama de cesser de diffuser des informations "fausses, trompeuses et malhonnêtes" à ce sujet, et même affirmé, dans un entretien distinct à CBS également accordé vendredi, que le président devrait présenter des excuses au nom de son équipe.

"Le président doit contrôler ces gens. Il doit les désavouer", a-t-il affirmé: "il a sacrément intérêt à dire qu'il est désolé des attaques qui viennent de son équipe".

tq/bdx

PLUS:afp