NOUVELLES

RDC: le M23 "n'accepte pas" le retour de l'armée dans les villes prises

13/07/2012 03:36 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

Les mutins du Mouvement du 23 mars (M23) ont qualifié vendredi d'"inacceptable" le retour de l'armée congolaise dans les villes de l'est de la République démocratique du Congo qu'ils avaient prises dimanche avant de s'en retirer.

Le M23 "regrette le retour" des Forces armées congolaises (FARDC) à Kiwandja et Rusthsuru, dans la province du Nord-Kivu, "après que nos forces aient remis" ces localités "à la police nationale congolaise et au contingent de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco), pour mettre à l'abri de toute confrontation des forces les habitants de ces entités", écrivent les rebelles dans un communiqué.

"Cet acte de provocation est un défi lancé contre nos forces qui les y ont chassées et une humiliation pour les habitants de ces entités qui ont subi les exactions de cette armée lors de sa fuite devant nos forces", est-il ajouté.

Le M23, "qui qualifie d'inacceptable la présence des FARDC dans ces entités, considère cet acte comme une offensive militaire engagée (...) contre ses positions".

Les mutins demandent aux FARDC de quitter "sans délai" ces villes "faute de quoi elles seront rendues responsables de toutes les conséquences relatives à leur présence dans ces entités, ce que nous ne souhaitons pas".

Le 6 juillet, les soldats rebelles ont pris Bunagana, important poste-frontière avec l'Ouganda, après des combats avec l'armée congolaise, avant de conquérir sans résistance, le 8 juillet, Rutshuru, à 70 km au nord de Goma, la cité voisinne de Kiwanja, et d'autres localités plus au sud, jusqu'à 50 km de la capitale provinciale.

Les mutins se sont retirés lundi de ces villes mais ils contrôlent toujours Bunagana, situé à environ 25 km au sud-est de Rutshuru, tout près de leurs bases dans les collines du parc national des Virunga, adossé au Rwanda et à l'Ouganda.

L'armée congolaise a repris position à Rusthuru, Kiwanja et dans les autres localités depuis le milieu de la semaine. La Monusco avait indiqué que la déclaration du M23 concernant la remise des villes à l'ONU ne la concernait pas.

Jeudi, trois hélicoptère de l'ONU et deux autres de l'armée congolaise ont tiré des roquettes et des obus sur Nkokwe et Bukima, deux des positions tenues par les rebelles dans le sud-est du parc des Virunga, à environ 50 km au nord de Goma.

La Monusco et les FARDC avaient déployé mercredi des blindés à 25 km au nord de la capitale provinciale, pour prevenir toute attaque sur la ville. Les mutins ont répété jusque-là que leur objectif n'était pas de prendre Goma, ni d'autres villes, mais de "faire entendre leur voix" et d'amener le gouvernement conoglais à des négociations.

Le M23 est constitué d'ex-combattants de la rébellion tutsi congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés dans les FARDC dans le cadre d'un accord de paix avec Kinshasa signé le 23 mars 2009, dont ils réclament la pleine application.

Si Kigali a toujours démenti appuyer les mutins, de hauts responsables rwandais, dont le ministre de la Défense, le général James Kabarebe, sont accusés dans un rapport d'experts de l'ONU d'avoir aidé directement le M23 en lui fournissant armes, munitions, recrues...

epe/jlb

PLUS:afp