NOUVELLES

Nord du Mali: manifestation anti-islamiste dans la ville de Goundam (témoins)

13/07/2012 10:14 EDT | Actualisé 12/09/2012 05:12 EDT

Des habitants de Goundam, près de Tombouctou (nord-ouest du Mali), ont manifesté vendredi contre la présence dans leur ville des islamistes armés qui contrôlent toute la région où ils veulent appliquer la loi islamique, ont affirmé plusieurs témoins à l'AFP.

"Ca a commencé depuis hier (jeudi) quand un homme accusé d'adultère a été fouetté par les islamistes. Il a nié les faits. Des dizaines de personnes ont manifesté. Aujourd'hui, c'est une femme non voilée qui a été brutalisée, son bébé est tombé et la population est sortie massivement pour dire non aux islamistes", a indiqué un habitant joint au téléphone depuis Bamako.

"Le bébé qui est tombé est entre la vie et la mort", avait affirmé un infirmier du centre de santé de la ville située à 90 km au sud-ouest de Tombouctou, une des trois principales villes du nord du Mali avec Gao et Kidal.

Plusieurs témoins ont ensuite déclaré que le bébé allait mieux et pourrait être sauvé.

Un autre employé de la mairie de Goundam a de son côté déclaré que, vendredi à la mi-journée, la population était "rassemblée autour de la mosquée pour empêcher les islamistes de venir faire la prière du vendredi", ce que les manifestants ont réussi à faire en dépit de plusieurs coups de feu tirés en l'air par des islamistes.

A Tombouctou en revanche, un habitant a affirmé que la population est "sous la coupe" des islamistes et "elle ne peut rien faire. Depuis la destruction des mausolées de la grande mosquée (mardi), ils patrouillent régulièrement pour briser toute velléité de mouvement de la population locale".

Les islamistes y ont en outre rassemblé les marabouts pour leur dire "qu'à partir du début du ramadan (prévu pour le 19 ou le 20 juillet), tout imam qui ne sait pas bien prêcher sera remplacé par un des leurs", a indiqué un autre habitant de la ville.

Les groupes islamistes Ansar Dine (Défenseurs de l'Islam) et Mouvement pour l'unicité du jihad en Afrique de l'ouest (Mujao), alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) occupent et contrôlent depuis plus de trois mois le nord du Mali et entendent y appliquer la charia (loi islamique).

Ils en ont chassé les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), leur ex-allié indépendantiste et laïc.

Un putsch perpétré le 22 mars a accéléré la partition du Mali dont les autorités de transition, mises en place après le retrait des putschistes du pouvoir, sont totalement incapables de mettre fin à l'occupation du Nord.

sd-str/stb/aub

PLUS:afp