NOUVELLES

Les sauveteurs s'activent en C.-B. pour sauver au quatre personnes

13/07/2012 04:06 EDT | Actualisé 12/09/2012 05:12 EDT

JOHNSONS LANDING, C.-B. - Des conditions précaires prévalant sur les lieux d'un important glissement de terrain qui aurait pu avoir enterré vivantes quatre personnes dans la petite localité de Johnsons Landing, dans le sud-est de la Colombie-Britannique, ont empêché les équipes de sauvetage de se mettre au travail, vendredi. Une femme avait pourtant lancé un appel à l'aide pour retrouver ses filles et son ex-mari portés disparus.

La catastrophe a frappé jeudi, lorsqu'un mur de rochers, de boue et d'arbres a dévalé le flanc d'une montagne située à proximité des rives du lac Kootenay, passant à travers le hameau habituellement tranquille.

Une équipe de sauvetage urbaine spéciale de Vancouver a été dépêchée sur les lieux, mais des observations aériennes effectuées vendredi ont révélé que la zone était encore trop instable pour que les secouristes s'y risquent, a déclaré le porte-parole du district régional central de Kootenay, Bill MacPherson.

Selon lui, les secouristes obtiennent plus d'informations de la part des géotechniciens et des experts en glissement de terrain qui ont survolé le lieu de la catastrophe. Il a toutefois ajouté qu'il y avait eu des mouvements considérables, que les pentes étaient instables et que des débris continuaient d'entrer dans le lac. Au dire de M. MacPherson, il est donc impossible d'envoyer des gens à cet endroit dans ces conditions.

Une unité canine a pu se rendre sur les lieux jeudi, mais M. MacPherson a déclaré que les secouristes n'avaient pu y retourner par la suite. Il n'a pas pu dire à quel moment les recherches reprendraient.

Quatre personnes sont toujours portées disparues: un homme et ses deux filles qui sont originaires de la région, ainsi qu'un touriste allemand.

Lynn Migdal, dont les deux filles et l'ex-mari font partie des disparus, tentait de rassembler une équipe de sauvetage à partie de sa maison située en Floride, bien qu'elle craigne que l'aide pourrait arriver trop tard pour ses proches.

Elle demande à des centaines de personnes équipées de pelles de se rendre sur place, pendant que sa famille «respire encore».

Les proches en question sont Rachel Webber, âgée de 17 ans, Diana Webber, âgée de 22 ans, et son l'ex-mari de Mme Migdal, Valentine Webber.

Après avoir pris connaissance d'une conversation téléphonique entre une de ses filles et une amie, Mme Migdal en a déduit de trois personnes se trouvaient dans la demeure quand la catastrophe a eu lieu.

Au moins trois maisons du hameau ont été écrasées par la boue instable.

Des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et des équipes de rechercher et de sauvetage du sud-est de la Colombie-Britannique sont épaulés par des membres de l'Équipe de secours lourds et de recherche urbaine de Vancouver.

Le lieu du glissement de terrain n'est accessible que par bateau, puisque la piste de terre menant au village a été couverte par des débris atteignant parfois une hauteur de quatre mètres.

L'état d'urgence a été décrété pour la région, et plusieurs résidants ont été évacués jeudi vers la communauté de Kaslo, de l'autre côté du lac.

PLUS:pc