NOUVELLES

JPMorgan dégage 5 mds de bénéfice au 2e trimestre, avertit d'une possible fraude

13/07/2012 07:52 EDT | Actualisé 12/09/2012 05:12 EDT

La banque américaine JPMorgan Chase a annoncé vendredi un bénéfice en baisse de 9% sur un an à 5 milliards de dollars au deuxième trimestre malgré une perte de 4,4 milliards de dollars dans les dérivés, qu'elle a accusé certains "individus" d'avoir cherché à cacher.

Par action, le bénéfice net ressort à 1,21 dollar. Le chiffre d'affaires a de son côté reculé de 17% sur un an à 22,2 milliards de dollars, un peu meilleur qu'attendu (21,9 mds USD).

La banque a révisé à la baisse ses résultats du premier trimestre dans un communiqué publié quelques minutes avant la parution des résultats du deuxième trimestre, invoquant la possibilité que des "individus" aient dissimulé des pertes dans les produits dérivés.

"La firme a récemment découvert des informations qui créent des doutes sur l'intégrité des (informations rapportées sur les opérations) des traders", et "certains individus ont peut-être cherché à éviter de montrer la totalité des pertes", précise ce communiqué.

"Toutes nos activités liées à nos clients ont dégagé une solide performance. Toutefois, il y a eu plusieurs éléments qui ont pesé sur les résultats du trimestre, certains positivement d'autres négativement", a commenté le PDG Jamie Dimon, cité dans le communiqué.

Il a ensuite détaillé les très nombreux éléments exceptionnels compris dans les comptes du deuxième trimestre.

"Ils comprennent une perte de 4,4 milliards de dollars sur le portefeuille de (dérivés de crédits européens) de notre CIO (Chief investment office, l'unité de courtage en propre de la banque) et un milliard de dollars de gains sur actions du CIO, ainsi qu'un gain de 545 millions de dollars lié à des obligations liées à Bear Stearns" sur lesquelles la banque escomptait une perte et "prévoit maintenant un recouvrement total" des sommes investies, a précisé le PDG de la première banque américaine en termes d'actifs.

"La firme inclut aussi 755 millions de dollars de réévaluation du coût de la dette (...) liés aux écarts de taux" et enfin a "réduit les réserves pour pertes" sur prêts immobiliers et cartes de crédit "de 2,1 milliards de dollars".

"Depuis la fin du premier trimestre nous avons réduit de façon substantielle le risque lié aux dérivés de crédits du CIO" et ce portefeuille va être transféré à la banque d'investissement "qui a les compétences" pour le liquider, a poursuivi M. Dimon.

Le CIO ne fera plus d'opérations sur dérivés et se focalisera sur sa mission de base d'investir prudemment les excès de liquidités provenant des dépôts pour générer un rendement satisfaisant", a-t-il conclu.

Il souligne enfin que la banque a mené une enquête interne complète sur les pertes liées au dérivés de crédit dans le CIO et qu'elles semblent isolées à cette unité.

ved/sl/chv

PLUS:afp