NOUVELLES

JO: l'espace aérien sous contrôle, arrivée du porte-hélicoptère HMS Ocean

13/07/2012 07:55 EDT | Actualisé 12/09/2012 05:12 EDT

Le gouvernement britannique bouclait vendredi l'imposant dispositif aérien de sécurité autour des JO, avec l'entrée en vigueur à minuit de restrictions de vol autour de Londres et du sud-est du pays et l'arrivée dans la soirée d'un porte-hélicoptères sur la Tamise.

Le porte-hélicoptère HMS Ocean doit prendre position à Greenwich, sur la rive droite de la Tamise à l'est de Londres.

Les avions commerciaux se dirigeant vers les aéroports d'Heathrow et London City Airport ne sont pas concernés par les restrictions à l'espace aérien, mais les pilotes privés sont interdits dans la zone centrale du périmètre et doivent communiquer leur plan de vol pour pénétrer dans la zone plus large autour du grand Londres.

Les contrevenants seront interceptés par les appareils militaires, qui pourront "en dernier ressort" abattre l'appareil après les sommations d'usage (laser, fusées de détresse). Toutefois, la décision "ultime" d'abattre l'appareil devra être prise "à l'échelon le plus élevé du gouvernement", a indiqué vendredi le chef de la sécurité aérienne pour les Jeux, le général Stuart Atha, lors d'un point de presse.

60.000 brochures ont été distribuées auprès des aéro-clubs et de nombreuses réunions organisées.

L'armée, l'aviation et la marine seront sur le pied de guerre avec le déploiement d'avions de combat Eurofighters, d'hélicoptères Puma et Sea King et l'installation de missiles antiaériens sur six sites à Londres.

Les habitants d'une tour d'habitation de l'est de la capitale ont cherché à bloquer le déploiement de missiles sur le toit de leur HLM durant les jeux Olympiques mais ont été déboutés mardi dernier par la Haute Cour de Londres.

Plus de 40.000 militaires, policiers et agents de sécurité seront mobilisés du 27 juillet au 12 août, ce qui représente "une mobilisation d'ampleur sans précédent en temps de paix", selon le Premier ministre David Cameron.

L'armée a annoncé jeudi qu'elle allait affecter 3500 soldats supplémentaires au dispositif, du fait de la défaillance de la société privée G4S, qui a reconnu n'avoir pas réussi à recruter la totalité des 10.000 gardes privés qu'elle s'était engagée à fournir, à quinze jours des jeux.

Des restrictions moins sévères à l'espace aérien seront également en place pour les jeux Paralympiques du 16 août au 12 septembre.

mpf/dh/chc

PLUS:afp