Les pertes de courtage subies par la banque américaine JP Morgan Chase au cours des dernières semaines sont au moins deux fois plus importantes que les premières estimations. Vendredi, l'institution financière a indiqué avoir perdu 4,4 milliards de dollars américains.

Le président-directeur général de la banque, Jamie Dimon, a assuré que son établissement avait « réduit significativement » le risque lié à une perte sur des placements dans des produits dérivés.

En mai, JP Morgan reconnaissait avoir perdu au moins 2 milliards de dollars dans une stratégie de couverture censée protéger ses actifs. M. Dimon expliquait alors que l'affaire était liée à un courtier de sa division d'investissement qui avait parié, à tort, une somme importante sur la baisse du rendement de certains produits dérivés.

Par ailleurs, la banque américaine a annoncé vendredi un bénéfice en baisse de 9 % au deuxième trimestre par rapport à la même période l'an dernier à 5 milliards de dollars. Son chiffre d'affaires a reculé de 17 % à 22,2 milliards de dollars.

La banque a aussi annoncé une révision de ses résultats du premier trimestre en invoquant la possibilité que des « individus » aient dissimulé des pertes sur des produits dérivés. « La firme a récemment découvert des informations qui créent des doutes sur l'intégrité de courtiers » et « certains individus ont peut-être cherché à éviter de montrer la totalité des pertes », mentionne le communiqué de JP Morgan.

L'institution financière a perdu près de 15 % de sa valeur en bourse depuis la divulgation de pertes de courtage.