NOUVELLES

Des dirigeants de la rébellion touareg du Mali réfugiés au Niger

13/07/2012 07:17 EDT | Actualisé 12/09/2012 05:12 EDT

Le vice-président et deux chefs militaires du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg), ont trouvé refuge au Niger après avoir été chassés de leur dernier bastion dans le nord du Mali par les islamistes, a appris vendredi l'AFP de source sécuritaire régionale.

"Mohamed Jerry Maïga, les colonels Assalat Ag Habi et Intala du MNLA, se sont réfugies au Niger, après leur départ précipité d'Ansogo (nord du Mali). Ils sont actuellement à Niamey dans un petit hôtel", a affirmé cette source.

"Ils n'ont pas le statut de réfugiés politiques. L'un d'eux avait sa carte d'identité malienne", a-t-on ajouté.

Mohamed Jerry Maïga est le vice-président du Conseil national de transition de l'Etat de l'Azawad (CNTEA), organe qui était censé diriger la République de l'Azawad proclamée unilatéralement en avril par le MNLA laïc et indépendantiste.

Les colonels Assalat Ag Habi et Intala Ag Assayed sont d'anciens officiers de l'armée malienne qui ont déserté pour rejoindre les rangs du MNLA: ils faisaient partie des principaux responsables militaires du mouvement.

Le Président du CNTEA, Bilal Ag Achérif, blessé le 27 juin à Gao lors de violents combats entre son mouvement et les islamistes qui ont évincé le MNLA de cette ville, avait été exfiltré par le Burkina Faso pour recevoir des soins à Ouagadougou.

Le chef d'état major du MNLA, Mohamed Ag Najim, se terre de son côté à Hassilabiad, localité malienne proche de la frontière mauritanienne, selon la même source sécuritaire régionale.

L'Azawad est le nom donné par les Touareg aux trois villes et régions administratives du nord du Mali, Tombouctou, Gao et Kidal, qui représentent plus de la moitié du territoire malien.

Cette vaste zone aride peu peuplée est totalement occupée par les gropues armés islamistes Ansar Dine (Défenseurs de l'islam) et Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), alliés à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), d'où ils ont chassé le MNLA qui avait lancé l'offensive avec eux en janvier.

Iyad Ag Ghaly, leader d'Ansar Dine, doit rencontrer une trentaine de combattants du MNLA qui vivent discrètement dans la région de Ménaka (nord-est du Mali) "pour leur demander de le rejoindre", a déclaré à l'AFP Oumar Ag Chérif, un proche du leader islamiste, ancien rebelle touareg. "On était ensemble et on doit être (encore) ensemble pour appliquer la charia (loi islamique)", a-t-il dit.

sd/stb/jlb

PLUS:afp