NOUVELLES

Damas accuse les "groupes terroristes" du massacre de Treimsa

13/07/2012 03:23 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

Les autorités syriennes ont fait porter vendredi la responsabilité du massacre de Treimsa, perpétré jeudi dans le centre du pays, aux "groupes terroristes" ainsi qu'aux "médias assoiffés de sang", selon l'agence officielle Sana.

"Les médias assoiffés de sang en coopération avec les groupes terroristes armés ont commis un massacre à l'encontre des habitants du village de Treimsa dans la région de Hama pour tenter de mobiliser l'opinion publique contre la Syrie et son peuple et provoquer une intervention étrangère la veille de la réunion du Conseil de sécurité", écrit Sana.

Ces médias "étaient sur le pied de guerre à Istanbul, Paris, Londres, Bruxelles et Berlin et ailleurs pour cette campagne d'incitation contre la Syrie et pour jouer avec le sang syrien", ajoute Sana, citant la chaîne Al-Jazeera.

Les autorités syriennes s'en prennent régulièrement aux chaînes satellitaires arabes Al-Jazeera et Al-Arabiya, les accusant de faire le jeu de pays du Golfe, comme le Qatar et l'Arabie saoudite, en pointe dans l'opposition contre le régime de Bachar al-Assad.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), basé en Grande-Bretagne, des troupes gouvernementales ont bombardé jeudi la localité de Treimsa en utilisant des chars et des hélicoptères, faisant plus de 150 morts.

L'opposition syrienne a pressé vendredi le Conseil de sécurité de l'ONU d'adopter une résolution contraignante à l'encontre du régime de Bachar al-Assad après ce massacre.

Un bras de fer oppose au Conseil de sécurité de l'ONU les Occidentaux, qui veulent faire pression sur Damas, et la Russie, qui protège son allié syrien, sur un projet de résolution sur la Syrie.

Les 15 membres du Conseil se sont séparés jeudi soir sans avoir fait de progrès notable et se retrouvent vendredi pour de nouvelles discussions, ont indiqué des diplomates.

rim/sk/ram/vl

PLUS:afp