NOUVELLES

Tour de France - Rolland: "On me regardait beaucoup"

12/07/2012 01:25 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

Vainqueur à La Toussuire de l'étape-reine des Alpes dans le Tour de France, le Français Pierre Rolland a souligné la différence avec son succès de l'an passé à l'Alpe d'Huez quand il avait bénéficié de l'effet de surprise.

Q: Comment s'est passée l'étape ?

R: "Avec Kern, on s'est parlé et on a essayé de boucher le trou ensemble en début d'étape. Il a travaillé jusqu'en haut du Glandon. Après, c'était à moi de me débrouiller dans le Mollard et La Toussuire. Cela fait six mois que je rêve de cette étape. Les Alpes, c'est ma montagne ! J'avais en tête cette étape depuis la présentation du Tour."

Q: Et la chute dans la descente du col du Mollard ?

R: "Il y avait deux-trois trous mais je suis resté lucide, je me suis dit 'je ne vais pas m'arrêter à ça'. J'ai juste pensé à ma maman, pourvu qu'elle ne regarde pas. J'ai vu que ce n'était pas grand chose, que mon vélo n'avait rien, que c'étaient seulement des écorchures."

Q: Quelle différence faites-vous avec votre victoire de l'Alpe d'Huez du Tour 2011 ?

R: "Le profil de cet étape me faisait penser énormément à celle de l'Alpe d'Huez. L'an dernier, il y avait 60 kilomètres de montées, là un peu plus de 70. Sur le papier elles se ressemblaient énormément. Mais je n'ai pas gagné de la même manière. J'avais joué de l'effet de surprise et avec les nerfs de Contador et de (Samuel) Sanchez. Aujourd'hui, quand je me suis retrouvé devant dans l'échappée, on me regardait beaucoup, même des coureurs comme Scarponi et Basso. Tout le monde comptait sur moi, j'avais deux équipiers et je devais assurer un rôle complètement différent."

Q: Etiez-vous revanchard après la polémique d'avant-Tour (l'annonce dans la presse qu'une simple enquête préliminaire avait été ouverte sur le Tour 2011) ?

R: "Il s'agissait d'un article qui ne m'a fait ni chaud ni froid. C'est quand je suis arrivé sur le prologue et qu'on s'est fait un peu chahuter... Se faire cracher dessus quand on est propre et qu'on fait le métier correctement, ça fait mal. Le soir du prologue, j'étais vraiment abattu. Je me suis dit 'si c'est ça le Tour, je rentre chez moi, ce n'est pas justifié'. Puis, au retour en France, le public... s'est rendu compte du ridicule de cet article. Je n'ai pas envie d'en parler."

Q: Pensez-vous au podium du Tour ?

R: "Je sais, et mon équipe aussi, depuis la présentation du Tour que le parcours n'est pas fait pour moi. Mais on a voulu essayer de faire un bon classement général. On n'apprend pas ça en une année, il faut s'y prendre tous les ans, courir à l'avant, être au combat tous les jours. Faire un exploit sur une journée et courir trois semaines à bloc, c'est différent. Je voulais faire un bon classement général et gagner une étape. Tout en sachant que 100 kilomètres de contre-la-montre et moins d'étapes de haute montagne, ce n'est pas pour moi. Mais, pour le futur, je suis obligé de faire tout le Tour à bloc."

jm/bvo

PLUS:afp