NOUVELLES

Syrie: 16 mois de révolte et de répression sanglante

12/07/2012 11:46 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

La Syrie est en proie depuis le 15 mars 2011 à une révolte populaire contre le régime de Bachar al-Assad qui s'est militarisée au fil des mois face à la répression menée par les troupes régulières.

En 16 mois, les violences ont fait plus de 17.000 morts, dont près des deux tiers sont des civils, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

--2011--

- 15-16 mars: A Damas, rassemblements à la suite d'un appel lancé sur Facebook pour réclamer la fin de l'état d'urgence et des tribunaux d'exception.

- 18-27 mars: Manifestations réprimées à Damas, Banias (nord-ouest) et Deraa (sud). Le 23, 100 morts à Deraa.

- 18 avr: Damas dénonce une "rébellion armée de groupes salafistes".

- 21 avr: Assad annonce la levée de l'état d'urgence et l'abolition de la Cour de sûreté de l'Etat. Des dizaines de morts dès le lendemain.

- 25-26 avr: La contestation s'étend et se radicalise avec des appels à la chute du régime.

- 15 juil: Plus d'un million de manifestants anti-régime, notamment à Hama (centre) et Deir Ezzor (est), selon l'OSDH. Le 31, 100 morts à Hama.

- 30 juil: Le colonel Riad al-Assaad, déserteur réfugié en Syrie, annonce la création de l'Armée syrienne libre (ASL) pour engager une opposition armée.

- 18 août: Barack Obama et ses alliés occidentaux appellent Assad à partir. Séries de sanctions contre le régime.

- 2 oct: Lancement du Conseil national syrien (CNS) réunissant les principaux courants de l'opposition.

- 12 nov: La Ligue arabe suspend la Syrie, puis annonce des sanctions et une mission d'observation pour faire cesser les violences.

- 23 déc: 44 morts dans deux attentats suicide à Damas. D'autres attentats ont depuis fait des dizaines de morts dans la capitale et à Alep (nord).

--2012--

- 28 jan: La Ligue arabe reconnaît l'échec de sa mission.

- 4 fév: Début d'une offensive contre Homs (centre), plus de 230 morts en une nuit. A l'ONU, 2e veto sino-russe à une condamnation de la répression.

- 21 mars: L'émissaire international Kofi Annan propose un plan prévoyant un cessez-le-feu, le retour de l'armée dans les casernes, la libération des détenus, le respect du droit à manifester et un dialogue pouvoir/opposition.

- 12 avr: Entrée en vigueur officielle du cessez-le feu du plan Annan, largement ignoré depuis.

- 14 et 21 avr: Résolutions du Conseil de sécurité autorisant le déploiement de 300 observateurs de l'ONU.

- 25 mai: Massacre à Houla (centre): au moins 108 morts, dont des dizaines d'enfants et de femmes.

- 6 juin: Massacre à Al-Koubeir (centre): au moins 55 morts.

- 14 juin: Amnesty accuse le régime de "crimes contre l'humanité".

- 16 juin: Les observateurs de l'ONU suspendent leurs opérations.

- 30 juin: A Genève, un Groupe d'action (Etats-Unis, Chine, Russie, France et Royaume-Uni ainsi que la Turquie et des pays arabes) s'accorde sur les principes d'une transition, mais diverge sur les interprétations du texte.

- 3 juil: Human Rights Watch (HRW) dénonce un "archipel de la torture", avec des dizaines de milliers de détenus.

- 6 juil: A Paris, une centaine de pays occidentaux et arabes affirment qu'Assad doit "quitter le pouvoir" et demandent à l'ONU une résolution contraignante comportant une menace de sanctions.

- 9 juil: Kofi Annan annonce être parvenu à un accord avec Assad sur une "approche" qui sera soumise aux rebelles.

- 10 juil: Projet de résolution russe à l'ONU qui prolonge le mandat des observateurs de l'ONU, mais n'évoque pas la menace de sanctions.

- 11 juil: L'ambassadeur syrien à Bagdad, Nawaf Farès, fait défection, quelques jours après celle du général Manaf Tlass, proche d'Assad.

- 12 juil: La Russie annonce son rejet d'un projet de résolution des Occidentaux à l'ONU menaçant Damas de sanctions s'il ne cesse pas ses attaques à l'arme lourde. HRW fait part de ses soupçons sur l'utilisation par les forces loyales à Assad de bombes à sous-munitions. Contacts entre Manaf Tlass et l'opposition, selon Paris.

acm/bc/cco

PLUS:afp