NOUVELLES

Pas moins de 48 Québécois en lice aux JO de Londres ont reçu l'aide la Fondation

12/07/2012 11:36 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

MONTRÉAL - Pas moins de 48 athlètes du Québec ayant été sélectionnés sur l'équipe olympique canadienne en vue des prochains Jeux de Londres sont appuyés ou ont déjà été appuyés par la Fondation de l'athlète d'excellence du Québec au moyen de ses différents programmes de bourses.

L'influence de la Fondation continue donc de s'étendre puisqu'en 2004, aux Jeux d'Athènes, 40 des athlètes québécois membres de l'équipe olympique avaient déjà reçu au moins une bourse de la Fondation. Ce chiffre s'est élevé à 43 à l'occasion de JO de Pékin en 2008.

Cette année, Mélanie Blouin (saut à la perche), Alex Genest (3000 m steeple chase) et Julie Labonté (lancer du poids) sont parmi les olympiens québécois en athlétisme ayant reçu des bourses. Il y aura aussi Andréanne Morin et Derek O'Farrell en aviron, ainsi qu'Émilie Fournel et Hugues Fournel en canoë-kayak.

Clara Hughes et Joëlle Numainville font partie de la liste en cyclisme; Philippe Beaudry, Étienne Lalonde-Turbide et Sandra Sassine en escrime; Marie-Eve Beauchemin-Nadeau, Christine Girard et Annie Moniqui en haltérophilie; Amy Cotton, Alexandre Émond, Sasha Mehmedovic, Joliane Melançon, Sergio Pessoa et Antoine Valois-Fortier en judo; Martine Dugrenier et David Tremblay en lutte; Marie-Pier Boudreau-Gagnon, Jo-Annie Fortin, Chloé Isaac, Stéphanie Leclair, Élise Marcotte et Karine Thomas en nage synchronisée; Stéphanie Horner, Barbara Jardin, Audrey Lacroix, Victoria Poon et Katerine Savard en natation; Jennifer Abel, Meaghan Benfeito, Roseline Filion, Émilie Heymans et François Imbeau-Dulac en plongeon; François Coulombe-Fortier, Sébastien Michaud et Karine Sergerie en taekwondo; Stéphanie Dubois et Aleksandra Wozniak en tennis; Pierre-Luc Hinse en tennis de table; Marie-Pier Beaudet au tir à l'arc; Kathy Tremblay au triathlon; ainsi qu'Annie Martin en volleyball de plage.

Les boursiers de la FAEQ doivent d'abord être identifiés et ensuite priorisés par les fédérations sportives, et ils doivent être admissibles à représenter le Canada aux grands jeux (olympiques, paralympiques, panaméricains, du Commonwealth et Universiades) ou aux championnats du monde dans leur discipline sportive. Ils doivent aussi être inscrits dans un projet d'après-carrière qui se traduit souvent par la poursuite d'études secondaires, collégiales ou universitaires.

Au cours des cinq dernières années, la FAEQ, qui existe depuis 27 ans, a octroyé un montant total de 3,4 millions de $ en bourses. Le montant annuel est passé de 400 000 $ en 2004 à 925 000 $ en 2012.

PLUS:pc