NOUVELLES

Nord-Mali: utilisation probable de la force "à un moment ou à un autre" (Fabius)

12/07/2012 10:12 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

Le ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius a estimé jeudi que l'usage de la force dans le nord du Mali était probable "à un moment ou à un autre" et que pour Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et ses alliés, la France était "l'ennemi principal".

Le ministre a cependant ajouté, au cours d'une rencontre avec la presse diplomatique, que "la France, pour des raisons évidentes, ne peut pas être en première ligne" dans une intervention militaire.

M. Fabius a expliqué qu'au Mali, il fallait "essayer de rétablir la légalité constitutionnelle au sud", évoquant les "efforts de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et de l'Union africaine, appuyés par une résolution (du Conseil de sécurité) de l'ONU pour faire qu'il y ait un gouvernement inclusif".

"Ensuite à partir du moment où la légalité sera rétablie au sud, il faut s'intéresser au nord, c'est-à-dire qu'à un moment ou à un autre, il est probable qu'il y aura utilisation de la force", a affirmé le chef de la diplomatie française. Il a précisé qu'une telle intervention serait menée par des Africains.

"La France, pour des raisons évidentes, ne peut pas être en première ligne" d'une éventuelle intervention militaire, a-t-il poursuivi, mettant en avant "le risque d'une réaction contre le colonisateur". La France a été la puissance coloniale dans la plupart des Etats de la région.

"Le Mali, c'est une affaire extrêmement grave, car c'est la première fois que des terroristes se greffent sur des villes importantes et sont peut-être en situation de se greffer sur un Etat", a-t-il ajouté.

La Cédéao a demandé au Conseil de sécurité de l'ONU son feu vert pour une opération militaire visant d'abord à sécuriser la capitale du Mali, Bamako, puis éventuellement à chasser Aqmi et ses alliés du Nord du Mali.

Mais les préparatifs de cette opération, pour laquelle la France a proposé son appui logistique, restent entourés d'un grand flou ou de grandes incertitudes.

dp-hr/sd

PLUS:afp