NOUVELLES

Les conflits et crises en Afrique

12/07/2012 02:28 EDT | Actualisé 10/09/2012 05:12 EDT

Rappel des principaux conflits et crises en Afrique, avant le 19e sommet de l'Union africaine, dimanche et lundi à Addis Abeba.

MALI

====

Un coup d'Etat le 22 mars contre le président Amadou Toumani Touré a précipité la chute du Nord aux mains de groupes islamistes. Les trois villes et régions administratives - Tombouctou, Gao et Kidal - soit plus de la moitié du territoire, sont occupées depuis fin mars/début avril par Ansar Dine et le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), alliés d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Ces groupes, qui ont évincé la rébellion touareg de la région, entendent imposer la charia (loi islamique) dans tout le Mali. Les autorités de transition n'ont pu mettre fin à l'occupation.

Récemment, des hommes d'Ansar Dine ont démoli notamment des mausolées de saints musulmans de Tombouctou, provoquant l'indignation au Mali et à l'étranger.

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

================================

Le Nord-Kivu (est) est en proie depuis fin avril-début mai à une mutinerie d'ex-membres de la rébellion congolaise tutsi du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés dans l'armée dans le cadre d'un accord de paix avec Kinshasa signé le 23 mars 2009. Le Mouvement du 23 mars (M23) a pris plusieurs villes ces derniers jours et ce regain de violences a fait plus de 220.000 déplacés et plus de 30.000 réfugiés au Rwanda et en Ouganda, pays frontaliers.

Le Rwanda a été pointé du doigt par Kinshasa à la suite d'un rapport de l'ONU affirmant que de hauts responsables militaires rwandais soutenaient le M23.

NIGERIA

=======

Le Nigeria, qui compte plus de 160 millions d'habitants, dont autant de musulmans (majoritaires dans le Nord) que de chrétiens (plus nombreux dans le Sud), est frappé depuis mi-2009 par de nombreux attentats meurtriers revendiqués par le groupe islamiste Boko Haram, le plus souvent contre les représentants de l'Etat, les forces de sécurité et la minorité chrétienne dans le Nord et le centre du pays.

GUINEE-BISSAU

=============

La Guinée-Bissau, dont l'histoire est jalonnée de putschs et de violences politiques, a été secouée par un nouveau coup d'Etat le 12 avril. Des autorités intérimaires ont été mises en place dans le cadre d'un processus de transition qui doit être sécurisé par une force ouest-africaine, dont le débarquement s'est achevé fin mai.

SOUDAN - SOUDAN DU SUD

======================

Khartoum et Juba, que des décennies de guerre civile ont opposées dans le passé, sont engagées dans de laborieuses négociations pour résoudre leurs différends qui persistent un an après l'indépendance du Sud. Les deux capitales restent incapables de se mettre d'accord sur le partage de la manne pétrolière ou la démarcation de leur frontière commune. Les tensions ont conduit à de violents affrontements ces derniers mois.

Par dizaines de milliers, des Soudanais fuient aussi des combats entre mouvements rebelles et forces loyales à Khartoum dans les Etats soudanais du Kordofan-Sud et du Nil Bleu.

D'autre part, le Soudan est secoué depuis la mi-juin par un mouvement de contestation contre la hausse des prix et le gouvernement. Une multitude de petites manifestations ont été violemment dispersées.

SOMALIE

=======

La Somalie est sans gouvernement effectif, en état de guerre civile depuis 1991. Clans, milices, seigneurs de guerre, groupes islamistes ou encore pirates luttent depuis pour le contrôle de parties du territoire.

Les shebab, récemment intégrés à Al-Qaïda, contrôlent de larges parties du centre et du sud somaliens, mais sont aujourd'hui affaiblis par une offensive militaire régionale. Les armées kényane, puis éthiopienne, se sont lancées à leur poursuite fin 2011, renforçant la poussée de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom) et de l'embryon d'armée somalienne. Les troupes kényanes sont désormais intégrées dans l'Amisom.

KENYA

=====

Depuis l'intervention kényane dans le Sud somalien pour en déloger les shebab, que Nairobi accuse d'aggressions sur son sol, le Nord et l'Est du Kénya ont connu une multiplication d'attentats.

acm/bc/aud/bb/sd

PLUS:afp