NOUVELLES

Le vice-président Biden s'en prend à Romney devant une organisation noire

12/07/2012 12:27 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

Le vice-président des Etats-Unis Joe Biden s'en est pris de façon musclée jeudi à la "personnalité", aux "convictions" et à la "vision" de Mitt Romney devant une influente organisation noire, là même où le candidat républicain à la présidentielle avait été hué la veille.

M. Biden, venu défendre le bilan de l'administration démocrate au congrès de l'Association nationale pour l'avancement des personnes de couleur (NAACP) à Houston (Texas, sud), a reçu un accueil enthousiaste, aux antipodes de l'atmosphère qui avait entouré l'intervention de M. Romney mercredi.

Le vice-président, précédé sur scène par un message vidéo de M. Obama qui a rendu hommage au travail des défenseurs des droits civiques et promis de défendre les intérêts des classes populaires, a consacré une grande partie de son discours à l'élection présidentielle du 6 novembre, quand le premier président noir des Etats-Unis va briguer un second mandat de quatre ans.

"Je pense que cette élection se fera sur la personnalité, les convictions et la vision (des candidats), et cela ne vous surprendra pas, j'estime qu'il n'y a même pas photo", s'est écrié M. Biden.

Il avait auparavant mis en garde la communauté noire contre la tentation de voter républicain, même si les intentions de vote en son sein pour le "ticket" démocrate restent proches des 90%, une légère érosion toutefois par rapport à 2008.

M. Biden a notamment critiqué les républicains, en position de force au Congrès, pour leur "obstruction" aux mesures économiques défendues par l'exécutif démocrate, à l'idée d'enquêter sur d'éventuelles entraves au droit de vote, aux investissements dans l'éducation, et surtout à la réforme de la santé.

C'est sur ce sujet que M. Romney avait été hué mercredi, quand il avait répété devant les délégués du NAACP qu'il ferait en sorte d'abroger cette réforme promulguée par M. Obama en mars 2010 et validée fin juin par la Cour suprême.

Selon M. Biden, M. Romney veut aussi revenir sur l'arrêt de la haute Cour en 1973 sur le droit à l'avortement. "Le planning familial? Il veut s'en débarrasser. Il pense que les employeurs devraient pouvoir décider ou non d'inclure la contraception dans leur couverture santé", a-t-il dénoncé.

tq/chv

PLUS:afp