NOUVELLES

JO-2012: 3.500 soldats supplémentaires pour garantir la sécurité

12/07/2012 07:16 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

Le ministre britannique de la Défense Philip Hammond a annoncé jeudi la mobilisation de 3.500 soldats supplémentaires pour boucler le positif de sécurité des JO de Londres, après la défaillance d'une société de gardiennage privée.

Le ministre a indiqué que la décision de porter à 17.000 le nombre de militaires impliqués dans le dispositif général de 40.000 hommes avait été prise en raison de l'impossibilité d'obtenir "le nombre de gardiens requis pour tous les sites dans le calendrier imparti".

La société G4S s'était engagée à fournir 10.000 gardiens. Elle a reconnu rencontrer des difficultés à honorer son contrat.

Le ministre a convenu que le déploiement de renforts quinze jours avant l'ouverture des JO (27 juillet - 12 août), à la demande du ministère de l'Intérieur, constituait un effort important mais relevait de la "prudence."

M. Hammond a fait son annonce dans une lettre aux parlementaires diffusée peu avant que sa collègue de l'Intérieur, Theresa May, ne vienne s'expliquer devant les députés.

"Les chefs d'état-major des trois armes (terre/air/mer) sont conscients de l'importance des jeux Olympiques, a-t-il souligné. Ils soutiennent le déploiement supplémentaire et confirment qu'il est réalisable sans impact négatif sur les autres opérations".

L'essentiel des renforts sera constitué de fantassins, notamment des soldats fraîchement rentrés d'Afghanistan ou en passe de rejoindre ce théâtre d'opérations.

Mme May a remercié l'armée pour sa contribution supplémentaire en précisant que 10.000 billets seront alloués à titre de compensation pour les jeux Olympiques et les Paralympiques qui s'ensuivront, dans le souci d'apaiser quelque peu les vacances gâchées et permissions suspendues pour les militaires et leurs familles.

La porte-parole du parti travailliste d'opposition pour les affaires intérieures Yvette Cooper a pour sa part estimé que le branle bas de combat de dernière minute s'apparentait à "une autre opération désastreuse au ministère de l'Intérieur" après les renforts dépêchés pour assurer les contrôles dans les aéroports.

dh/mpf/jmt

PLUS:afp