NOUVELLES

Israël: accord peu probable sur une nouvelle loi de conscription (ministre)

12/07/2012 03:33 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

Un proche du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a jugé minces jeudi les chances de parvenir avant la fin juillet à un accord sur une nouvelle loi de conscription généralisant le service, militaire ou civil, aux ultra-orthodoxes et aux Arabes israéliens.

"Je suis sûr que, d'ici dimanche, nous n'aurons pas formulé le texte d'une nouvelle loi", a déclaré le ministre des Affaires stratégiques et vice Premier ministre Moshe Yaalon, faisant allusion à la réunion hebdomadaire du conseil des ministres.

"Je suis très pessimiste concernant notre capacité à faire voter" la nouvelle loi durant cette session parlementaire qui s'achève le 29 juillet, a ajouté M. Yaalon, chargé par M. Netanyahu de formuler le texte de cette loi.

La loi actuelle, jugée anticonstitutionnelle par la Cour suprême parce qu'elle exempte de facto de service les ultra-orthodoxes et les Arabes israéliens, doit être remplacée avant le 31 juillet.

M. Netanyahu s'est engagé dimanche à établir un service national pour tous, sous la pression de l'opinion publique et la menace du parti centriste Kadima de quitter la coalition si les exemptions étaient maintenues.

Il a annoncé dans la foulée la formation d'une commission chargée de rédiger la nouvelle loi.

Cependant, les discussions entre les deux principaux membres de la commission, M. Yaalon pour le parti de droite Likoud, et Yohanan Plesner, député de Kadima, ont achoppé cette semaine.

Si les différends persistent, le chef de Kadima Shaul Mofaz risque d'annoncer le départ de son parti de la coalition, qu'il a rejointe en mai. Il insiste en effet pour que le gouvernement adopte les recommandations de la commission Plesner, du nom de son président, Yohanan Plesner, publiées début juillet.

Cette commission a recommandé un service pour tous les Israéliens, avec des mesures incitatives pour ceux qui choisissent l'armée et des sanctions pour ceux qui refusent tout service.

Mais le Likoud et les partis ultra-orthodoxes de la coalition au pouvoir défendent une approche plus graduelle avec l'instauration de quotas croissants de conscrits ultra-orthodoxes.

sah-dms/vl

PLUS:afp