NOUVELLES

Iran: 4 activistes arabophones exécutés, 5 autres condamnés à mort (HRW)

12/07/2012 02:49 EDT | Actualisé 10/09/2012 05:12 EDT

L'Iran a pendu en juin quatre activistes de la minorité arabophone du Khouzistan (sud-ouest), jugés coupables de terrorisme, et cinq autres condamnés à mort pour le même motif pourraient être exécutés incessamment, selon l'organisation de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW).

HRW a appelé les autorités iraniennes à annuler "immédiatement" la condamnation à mort des cinq activistes originaires de la région de Khalafabad, au Khouzistan, accusés d'appartenir à un groupe armé séparatiste arabe.

Les cinq hommes, âgés de 25 à 38 ans et identifiés comme MM. Hadi Rashedi, Hashem Shaabani, Mohammad-Ali Amouri, Seyed Mokhtar et Seyed Jaber Alboshokeh, ont été condamnés comme "ennemis de Dieu" et pour "corruption sur terre" par le tribunal révolutionnaire d'Ahvaz, la capitale provinciale du Khouzistan, indique HRW qui cite leurs proches.

Ils ont été arrêtés en février 2011, avec d'autres militants, en anticipation de possibles manifestations commémorant une révolte de la population arabe du Khouzistan en 2005, selon l'organisation internationale basée à New-York.

HRW souligne le "manque de transparence" de leur procès qui a eu lieu à huis clos, et relève que la justice ne semble avoir produit aucune autre preuve que des "aveux" télévisés diffusés en décembre 2011.

Quatre autres activistes arabes de la même région, accusés d'avoir participé au meurtre d'un policier, ont été pendus début juin, selon HRW.

Ces condamnations et ces exécutions n'ont pas été annoncées par les médias iraniens.

Le Khouzistan, frontalier de l'Irak et où vivent entre 1 et 2 millions d'arabophones, selon différentes estimations, a été secoué en 2005 par un conflit ethnique durement réprimé et demeure le théâtre d'une agitation endémique.

Des attentats, des manifestations et des arrestations y ont été rapportés à plusieurs reprises depuis 2005, notamment en avril 2011, quand une attaque attribuée par Téhéran à des "terroristes" a fait trois morts, dont un policier, à Ahvaz.

Selon HRW, 12 militants de la minorité arabe du Khouzistan ont été exécutés depuis mai 2011, dont un adolescent de 16 ans. Au moins six autres seraient morts en détention à la suite de tortures, selon les témoignages reçus par l'organisation.

bur/cnp

PLUS:afp