NOUVELLES

HWR soupçonne le régime syrien d'utiliser des armes à sous-munitions

12/07/2012 07:51 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

Human Rights Watch (HRW) a fait part jeudi de ses soupçons sur l'utilisation par les forces loyales à Bachar al-Assad de bombes à sous-munitions de fabrication soviétique dans la région montagneuse de Hama, en rébellion contre le régime.

Selon cette organisation des droits de l'Homme basée à New York, deux vidéos mises en ligne le 10 juillet montrent "les restes de bombes à sous-munitions et l'étui d'une bombe de fabrication soviétique trouvés apparemment à Jabal Shahshabu, un région montagneuse au nord-ouest de Hama".

Un militant local a affirmé à HWR que cette région du centre de la Syrie avait été soumise à un bombardement nourri des forces et de l'aviation syriennes durant deux semaines. Selon lui, cette région montagneuse est un fief des rebelles qui ont trouvé refuge dans de nombreuses grottes.

"Chaque jour nous voyons des hélicoptères nous prendre pour cible. Il y a aussi des avions mais ils tirent moins fréquemment. Nous sommes aussi la cible de l'artillerie", a précisé ce militant à HWR.

Selon Steve Goose, directeur de la division armement de HWR, "si cela est confirmé, cela serait le premier document prouvant l'utilisation par l'armée syrienne dans ce conflit de ces armes extrêmement dangereuses".

Selon les experts en armements de HWR et du Centre international pour le déminage humanitaire basé à Genève, les vidéos montrent l'étui d'une bombe à sous-munitions RBK-250, qui ne peut être larguée que par l'aviation, ainsi qu'une quinzaine de sous-munitions 15 A0-1Sch, non explosées, toutes de fabrication soviétique.

La Syrie n'a pas ratifié la Convention sur les armes à sous-munitions qui interdit totalement l'emploi, la production, le stockage et le transfert de cette catégorie d'armes et prévoit leur enlèvement et leur destruction. Le texte de la Convention a été adopté par 107 États le 30 mai 2008 à Dublin (Irlande).

sk/sbh

PLUS:afp