NOUVELLES

Chaire de l'Unesco à l'Université islamique de Gaza: Israël "choqué"

12/07/2012 11:14 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

Le président de l'Université islamique de Gaza, où l'Unesco a créé une chaire d'astronomie, a défendu jeudi le caractère "purement académique" de son établissement, qualifié par Israël de "pépinière de terroristes" du mouvement islamiste Hamas.

La chaire en astronomie, astrophysique et sciences de l'espace a été inaugurée mercredi lors d'une cérémonie en présence du président de l'Université islamique de Gaza, Kamaline Chaath, et du représentant de l'Unesco dans les Territoires palestiniens, Derek Elias, selon un communiqué de l'Université.

"L'Unesco a pris une nouvelle décision stupide, qui a cette fois-ci la particularité d'être anti-palestinienne, car parmi toutes les universités palestiniennes, elle a choisi un établissement qui sert de base terroriste pour le Hamas et diffuse un enseignement de haine intégriste", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères, Yigal Palmor.

Il s'agit de la première chaire universitaire créée dans la bande de Gaza par l'Unesco (Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture), qui l'a déjà fait dans des universités de Cisjordanie, administrée par l'Autorité palestinienne.

"L'Université islamique de Gaza est une pépinière notoire de terroristes du Hamas", a affirmé le ministère israélien des Affaires étrangères dans un communiqué, assurant que "le Hamas utilisait ses laboratoires pour développer et produire des explosifs et des roquettes".

"L'université est un dépôt d'armes et un lieu de rencontres secrètes pour les chefs militaires" du Hamas, au pouvoir à Gaza, selon le texte.

Kamaline Chaath a assuré de son côté qu'il s'agissait d'une "université purement académique qui ne s'intéresse qu'à l'éducation et à son développement".

Les Palestiniens ont revendiqué le 29 juin une victoire "historique" en obtenant l'inscription de la basilique de la Nativité de Bethléem, en Cisjordanie, au Patrimoine mondial de l'Unesco, malgré l'opposition d'Israël et des Etats-Unis, grâce à l'admission le 31 octobre de la Palestine comme Etat membre de l'Unesco.

az-sst/vl

PLUS:afp