NOUVELLES

Antisémitisme en France: appel du grand rabbin aux autorités musulmanes

12/07/2012 04:12 EDT | Actualisé 11/09/2012 05:12 EDT

Le grand rabbin de France, Gilles Bernheim, a appelé jeudi les autorités religieuses musulmanes à "récuser publiquement tout ce qui peut rappeler l'intégrisme et la violence que portent certains courants de l'islam", sur fond de progression des actes antisémites en France depuis l'affaire Merah.

M. Bernheim s'exprimait devant la presse dans la cour du palais présidentiel de l'Elysée, après un entretien avec le président François Hollande.

"Le président a fait part d'emblée de sa préoccupation" après les actes antisémites des dernières semaines, a indiqué le grand rabbin.

M. Bernheim a dit avoir parlé à M. Hollande des "propos qu'on entend ici et là, les uns qui tentent de mythifier la personne de Merah, d'autres qui amalgament de manière éhontée ce qui se joue entre Israéliens et Palestiniens, alors qu'en France, la très grande majorité de la communauté musulmane vit en bonne entente avec la communauté juive".

"Nous sommes inquiets, M. Hollande le comprend parfaitement, il a réagi de manière à la fois vive et empathique", a déclaré le grand rabbin.

Le mois dernier le ministère français de l'Intérieur avait relevé une progression des actes et menaces antisémites de 46% durant la période janvier-avril 2012 par rapport à 2011. "Après un pic en mars dans le contexte de l'affaire Merah, la tendance des autres mois est stable", avait toutefois ajouté l'Intérieur.

La semaine dernière, la justice a retenu le caractère antisémite à propos de l'agression dont a été victime un adolescent juif de 17 ans dans un train entre les villes françaises de Toulouse et Lyon. Les deux agresseurs présumés, âgés de 18 ans et d'origine maghrébine, ont été mis en examen (inculpés) et placés sous contrôle judiciaire.

Gilles Bernheim a déclaré avoir fait part à François Hollande "du souci de la communauté juive d'avoir face à elle une communauté musulmane qui témoigne haut et fort, nombreuse et publiquement - je dis bien publiquement - sa prise de distance, sa récusation pleine et entière de tout ce qui peut, de près ou de loin, rappeler l'intégrisme, le fondamentalisme et la violence que portent certains courants de l'islam".

npk/mad/ei/plh

PLUS:afp