NOUVELLES

RDC: l'ONU positionne une dizaine de chars au nord de Goma (AFP)

11/07/2012 02:50 EDT | Actualisé 10/09/2012 05:12 EDT

La Mission de l'ONU en République démocratique du Congo (Monusco) a déployé une dizaine de chars à 25 km au nord de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu, où des mutins du M23 ont pris récemment des localités mais plus au nord, a constaté mercredi un photographe de l'AFP.

Les chars étaient positionnés près de Kibumba, dans des champs autour de cette localité ou sur la route reliant Goma -à 25 km au sud de Kibumba- à Rutshuru, situé à 70 km au nord de la capitale provinciale et que les mutins avaient pris dimanche avant de s'en retirer lundi.

Deux chars de l'armée congolaise (FARDC) ont également été vus sur cette même route à une dizaine de km au nord de Goma, a constaté le photographe de l'AFP.

Aucun mouvement de mutins n'avait toutefois été enregistré dans cette zone mercredi, selon l'AFP.

Dimanche, sans rencontrer de résistance ni de la part des FARDC, qui s'étaient retirées, ni de la Monusco, les mutins du Mouvement du 23 mars (M23) avaient pris Rutshuru et d'autres localités plus au sud, jusqu'à 50 km de Goma, avant de s'en retirer à partir de lundi comme ils l'avaient promis.

En revanche, ils occupent toujours Bunagana, un important poste-frontière avec l'Ouganda, situé à moins de 30 km au sud-est de Rutshuru, pris vendredi après des combats avec les FARDC et une opposition de la Monusco, dont un Casque bleu a été mortellement blessé.

Bunagana se trouve une dizaine de km au nord de plusieurs collines tenues depuis mai par les mutins, dans le parc national des Virunga, frontalier avec l'Ouganda et le Rwanda, malgré des bombardement réguliers des FARDC et aussi d'hélicoptères de la Monusco.

Mardi, des responsables de l'ONU à New York avaient indiqué que des troupes congolaises et des Casques bleus faisaient route vers Goma, dans la crainte d'une attaque des rebelles sur cette ville de 500.000 habitants où la Monusco a plusieurs bases importantes.

"Tout indique que, selon la manière dont les mutins se sont retirés de Ruthsuru, ils n'ont pas l'intention de prendre des grosses localités comme Goma", a cependant estimé un diplomate à Kinshasa, sous couvert d'anonymat.

"On se perd en conjectures sur ce que sera l'étape suivante" pour les mutins, relève une source proche des FARDC.

"Nous ne sommes pas là pour prendre des villes mais pour faire entendre notre voix", avait affirmé dimanche le chef du M23 le colonel Sultani Makenga.

Le M23 est constitué d'ex-combattants de la rébellion tutsi congolaise du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP), intégrés dans les FARDC dans le cadre d'un accord de paix avec Kinshasa signé le 23 mars 2009.

Les mutins, qui réclament la pleine application de ces accords, ont commencé à faire défection en avril.

Le regain de violences au Nord-Kivu a provoqué le déplacement de 220.000 personnes entre avril et juin, dont 100.000 dans le territoire de Rutshuru, et quelques 30.000 autres se sont réfugiées en Ouganda et au Rwanda.

str-epe/sba

PLUS:afp