Huffpost Canada Quebec

Le ministre délégué aux Transports, Norman MacMillan quitte la vie politique

Publication: Mis à jour:
NORM MACMILLAN
PC

GATINEAU, Qc - Après une carrière de politicien d'une longueur exceptionnelle, le ministre délégué aux Transports du Québec, Norman MacMillan, a annoncé mercredi son retrait de la vie politique.

Élu député lors de l'élection partielle du 29 mai 1989, Norman MacMillan n'a jamais été défait sans son comté.

Le vétéran politicien a confirmé son départ lors d'une conférence de presse tenue à Gatineau, dans sa circonscription de Papineau, en Outaouais. Il est aussi le ministre responsable de cette région.

Âgé de 64 ans, il a déclaré vouloir passer du temps avec sa famille, dans «ses terres», avec notamment ses quatre petits-enfants, faisant taire les rumeurs qu'un problème de santé soit à l'origine de sa décision. En 2007, M. MacMillan a combattu un cancer de la prostate, mais affirme que cela va «très très bien». Il dit justement vouloir continuer à être en forme.

Né à Buckingham, le député libéral bien connu pour son franc-parler dit avoir amorcé sa réflexion il y a déjà quelque temps. Une décision difficile, mais longuement mûrie, a-t-il dit, la voix cassée par l'émotion lorsqu'il remerciait son équipe.

«J'ai senti que j'avais besoin de pas faire autre chose, d'aller chez nous».

En politique, «il faut savoir quand s'embarquer, et aussi quand quitter», a-t-il lancé en anglais.

Ses 23 ans passés à l'Assemblée nationale ont été précédés de sept années comme conseiller municipal à la Ville de Buckingham (aujourd'hui un district de Gatineau).

Au sein du Parti libéral du Québec, il a aussi été whip en chef, en quelque sorte préfet de discipline du caucus libéral, de 2005 à 2008, ainsi que whip adjoint de 1989 à 2003.

Mercredi, M. MacMillan a précisé qu'il faisait un trait sur la vie politique active, démentant du même coup des rumeurs qui en faisaient un candidat à la mairie de Gatineau.

«La politique, c'est fini», a-t-il affirmé, catégorique.

Le ministre n'a d'ailleurs pas l'intention de rester dans l'entourage du Parti libéral, affirmant ne pas vouloir être une «belle-mère». «Et je ne répondrai pas au téléphone», a-t-il lancé en guise d'avertissement bon enfant aux journalistes présents.

M. MacMillan a admis avoir devancé la date de l'annonce de sa retraite, à la demande du parti, vu le déclenchement imminent des élections provinciales.

Il affirme toutefois ne pas connaître la date de l'enclenchement du processus. Un secret bien gardé par le premier ministre et son entourage, même si les rumeurs se multiplient et s'entendent désormais pour le début du mois d'août.

Le politicien libéral a tenu à remercier le premier ministre Jean Charest, un ami, dit-il, et un «homme qui aime le Québec, et les gens qui y habitent».

«Si tous les Québécois pouvaient passer cinq minutes avec Jean Charest, la prochaine élection serait encore plus facile», a-t-il insisté, réitérant un soutien solide à son chef.

«Je pense qu'à la prochaine campagne électorale, on va avoir des surprises», a-t-il poursuivi, un peu énigmatique.

Jean Charest est selon lui «l'homme de la situation», car il est l'homme de l'économie et du plan Nord».

M. MacMillan espère que les gens se souviendront de lui comme un député qui était présent pour les citoyens et qui leur «donnait du service», mais aussi, comme un homme franc.

«J'ai toujours été franc, parfois un peu trop», a-t-il dit en rigolant.

Une franchise qui a mis à l'occasion le gouvernement dans l'embarras. En Chambre, il avait notamment traité la députée adéquiste Sylvie Roy de «grosse crisse» et avait dû s'excuser.

Il avait aussi admis en 2009 qu'il devait amasser, à titre de ministre du gouvernement libéral, 100 000 $ pour la caisse du parti. Une histoire qui avait fait parler et à laquelle le ministre a fait un clin d'oeil lors de son point de presse.

«100 000 piastres? C'est-tu 100 000$? C'est vrai que je vous (les journalistes) ai dit cela, je le regrette pas mais...pas mal! Mais je l'ai dit et c'était la vérité quand même, hein?»

Parmi les réalisations qui ont marqué sa carrière, il souligne le parachèvement de l'autoroute 50, longtemps promis aux gens de la région de l'Outaouais. Il en cite d'autres, notamment les travaux d'agrandissement ou de réaménagement dans les urgences des différents centres de santé, le centre d'oncologie de Gatineau et l'aréna Guertin.

Il dit ne pas avoir de regrets de sa vie politique. Sauf celui d'avoir engraissé de 60 livres pendant sa carrière, a-t-il lancé en riant.

Avant de tirer sa révérence, le ministre a esquissé un portrait de la dynamique à l'Assemblée nationale, en réponse à une question d'un journaliste.

Il a qualifié ses adversaire politiques d'opportunistes, qui manquent de respect envers leurs collègues.

«C'était très très difficile, parce qu'on disait n'importe quoi à l'Assemblée nationale. (...) Puis c'est juste des oui-dire. On dit n'importe quoi. Après ça t'es obligé de te défendre, mais une fois que la perception est partie dans le monde, ça te joue un maudit tour», a-t-il commenté avec une certaine amertume.

Le prochain candidat libéral dans Papineau serait déjà choisi. Le nom d'Alexandre Iraca, le président de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées, circule, mais le ministre a refusé de le confirmer mercredi.

À lire aussi sur le HuffPost Québec

Close
Ils ne se représentent pas
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction

Sur le web

Norman MacMillan annoncerait son retrait de la vie politique

Norman MacMillan s'en va