MONTREAL, 11 juil 2012 (AFP) - Parmi les dizaines de festivals que compte Montréal l'été, un petit nouveau est en train de se faire une place de choix: "Montréal Complètement Cirque", avec ses dizaines de milliers de spectateurs, fait presque autant parler de lui que le Festival de Jazz ou les FrancoFolies.

Pour la troisième année consécutive, l'événement draîne dans les rues des artistes du monde entier avec cerceaux, poutres ou échasses et propose au public de s'essayer gratuitement au trapèze.

Avec quinze spectacles en salle d'acrobates canadiens, finlandais, allemands, français ou suédois, des manifestations spontanées dans les rues ("Minutes Complètement Cirque"), la direction du festival promet "le meilleur du cirque mondial" en concentré.

Après la parade d'ouverture, très haute en couleur, la célébration du cirque a véritablement démarré avec la nouvelle création de la troupe "7 doigts de la main" qui se joue jusqu'à la fin du festival, le 15 juillet. Cette huitième création marque les dix ans de la compagnie créée à Montréal et désormais célébrée dans le monde entier. Un spectacle très sensuel, débordant d'énergie et de prouesses techniques.

Ce qui surprend d'abord, c'est que les acrobates réalisent des numéros de cirque périlleux sans filet. Juste un plancher de bois et quelques tapis de mousse rajoutés pour les numéros les plus dangereux.

Ces huit artistes, âgés de 21 à 25 ans, tous passés par les compagnies les plus prestigieuses (Cirque du Soleil, Pickle Family Circus, Circus Smirkus) faisaient partie de la même promotion à l'École nationale de cirque de Montréal et leur complicité évidente leur a interdit de se perdre de vue. Il ne s'agit pas des membres fondateurs de la compagnie, mais d'un petit groupe très soudé composé d'un Français, de Québécois et d'Américains.

Acrobates mais aussi rappeurs...

Ils présentent un spectacle sur un thème qui semble les habiter: les rapports humains. Qui suis-je par rapport à l'autre? Pour en parler avec humour et sensualité, ils ont monté des scènes qui ressemblent à la vie courante, en y ajoutant des accessoires de cirque. Les chorégraphies, dignes d'excellents danseurs contemporains, sont portées par une bande son stimulante, de Dr Opin à Ben Harper.

Ces acrobates virtuoses ne sont pas que des artistes de cirque. On a l'impression que "les 7 doigts de la main" savent presque tout faire. Ils en donnent un aperçu dans "Séquence 8", nom de leur dernière création: Colin Davis chante et joue de la trompette (il a commencé à 11 ans). Eric Bates, un des meilleurs jongleurs de boîte à cigare du monde, fait voltiger jusqu'à cinq boîtes en même temps, sans les tenir pendant une fraction de seconde.

Et, comme si c'était un jeu, une improvisation, ils font de la musique avec le bruit des boîtes à cigares, Colin Davis y ajoute quelques notes de trompette, il rappe, passe le micro aux autres artistes qui y ajoutent des bruits de souffle. Au final, le public écoute un morceau brillamment exécuté, l'air de rien.

"Montréal Complètement Cirque" (montrealcompletementcirque.com) illustre parfaitement la vitalité du cirque québécois, avec ses porte-drapeaux déjà célèbres: le Cirque Eloize et le Cirque du Soleil, qui présente lors du festival son dernier opus, "Amaluna".

À lire: Undermän à Montréal Complètement Cirque>>