NOUVELLES

L'ONU renforce ses troupes dans l'est du Congo pour contrer les attaques du M23

11/07/2012 06:23 EDT | Actualisé 10/09/2012 05:12 EDT

KINSHASA, République Démocratique Du Congo - Les Nations unies vont déployer davantage de casques bleus dans la province du Nord-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), pour aider à repousser les attaques du groupe rebelle M23, a annoncé un responsable mercredi.

L'armée congolaise a de son côté annoncé avoir repris le contrôle de deux villes prises par les rebelles le week-end dernier.

Roger Meece, représentant spécial du secrétaire général de l'ONU et chef de la mission onusienne au Congo, a indiqué que la force de paix de l'ONU se coordonnait avec l'armée congolaise pour protéger les principales villes de la région, dont Goma. L'armée congolaise, notoirement sous-équipée, peine à contenir la rébellion.

M. Meece a aussi condamné le soutien du Rwanda envers les rebelles du M23.

«Il y a beaucoup d'informations qui indiquent un soutien du Rwanda envers le mouvement rebelle M23. C'est une situation inacceptable et elle doit cesser immédiatement», a-t-il dit.

Le Rwanda a nié les informations contenues dans un rapport rédigé par des experts des Nations unies, qui accuse le gouvernement rwandais d'avoir contribué à créer et à armer le nouveau groupe rebelle congolais.

Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, a affirmé que les soldats congolais avaient repris le contrôle de Rutshuru et de Kiwanja, des villes que les rebelles ont prises le week-end dernier, mais qu'ils ont ensuite évacuées dans une apparente volonté de négocier avec le gouvernement.

Dimanche, le chef du M23 a déclaré aux journalistes que les rebelles prévoyaient quitter toutes les villes qu'ils ont prises, sauf Bunagana, en attendant de voir si le gouvernement est prêt à écouter leurs demandes. Bunagana est un poste minier stratégique situé à la frontière avec l'Ouganda.

Le M23 a aussi diffusé cette semaine un communiqué qui affirme que le groupe s'est choisi un coordonateur politique.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a téléphoné mercredi au président du Rwanda, Paul Kagamé, et au président congolais, Joseph Kabila, «pour discuter de la détérioration de la situation humanitaire et sécuritaire dans l'est du Congo et identifier de possibles mesures pour résoudre la crise», selon un communiqué du porte-parole de M. Ban.

Les membres du M23 sont d'ex-rebelles intégrés à l'armée congolaise en vertu d'un accord conclu le 23 mars 2009. Ils ont fait défection en avril en affirmant que l'accord n'avait pas été respecté.

Depuis le début du mouvement rebelle, plus de 200 000 personnes ont été forcées de fuir leur domicile pour échapper aux violences. Au moins 20 000 d'entre eux ont trouvé refuge au Rwanda et en Ouganda.

PLUS:pc