NOUVELLES

Les accusés du 11-Septembre veulent reporter une audience à cause du ramadan

11/07/2012 10:53 EDT | Actualisé 10/09/2012 05:12 EDT

Les cinq accusés du 11-Septembre demandent que l'audience, à laquelle ils doivent comparaître en août à Guantanamo, soit reportée car elle tombe au moment du jeûne du ramadan, a-t-on appris mercredi auprès de l'un de leurs avocats.

Déjà reportée une fois, cette première audience préliminaire, après la mise en accusation en mai de Khaled Cheikh Mohammed, cerveau autoproclamé des attentats sur le World Trade Center, et de ses quatre co-accusés, est programmée du 8 au 12 août, soit à la fin du ramadan qui dure du 20 juillet au 18 août.

"Les dix derniers jours du ramadan correspondent à la partie la plus sacrée du calendrier musulman et sont habituellement observés par le jeûne, la prière et l'isolement", a déclaré James Connell, avocat du Pakistanais Ali Abdoul Aziz Ali.

Une requête de la défense, dont le contenu n'a pas encore été révélé sur le site internet des tribunaux militaires, demande de reporter l'audience hors de cette période du ramadan et plus particulièrement hors des dix jours sensibles, a indiqué l'avocat à l'AFP.

Le juge militaire James Pohl a déjà indiqué, dans une décision du 29 mai fixant la date d'audience, qu'"aucun avocat de la défense ne s'est inquiété que le 8 août 2012 soit pendant le ramadan" et qu'en conséquence "le tribunal n'envisagera pas un quelconque ajustement en raison du ramadan".

Me Connell a cependant estimé que le juge avait "de nombreuses options" possibles, y compris celle de rallonger la prochaine audience programmée du 8 au 12 septembre.

Dans sa réponse à la requête de la défense, encore sous scellé, le gouvernement souligne que "la défense aurait dû soulever la question plus tôt", a encore rapporté Me Connell.

Les cinq hommes ont été formellement accusés, le 5 mai à Guantanamo, du meurtre de 2.976 personnes lors des attentats du 11 septembre 2001 et encourent la peine capitale. Lors de leur mise en accusation, les cinq hommes avaient défié la justice militaire et perturbé l'audience de leurs prières.

chv/lor

PLUS:afp