NOUVELLES

Le pétrole ouvre en hausse à New York, anticipant une baisse des stocks

11/07/2012 09:35 EDT | Actualisé 10/09/2012 05:12 EDT

Les cours du pétrole ont ouvert en hausse mercredi à New York, dans un mouvement de correction à la hausse après une forte chute la veille, les courtiers anticipant une baisse des réserves de brut aux Etats-Unis par rapport à la semaine précédente.

Vers 13H20 GMT, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août s'échangeait en hausse de 1,21 dollar par rapport à la clôture de mardi, à 85,12 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).

"Les cours du pétrole se reprennent après leur chute de la veille", ont remarqué les experts de Commerzbank.

Profitant d'achats à bon compte, les cours du baril repartaient en effet en hausse après avoir plongé de plus de 2 dollars à New York et à Londres.

Outre ce mouvement de correction technique, les analystes pointaient les attentes d'une baisse de l'offre en or noir aux Etats-Unis cette semaine, peu avant la publication des chiffres hebdomadaires du Département américain de l'Energie (DoE) attendus en milieu de matinée, considérés comme un baromètre de la vigueur de la demande énergétique des Etats-Unis, premier consommateur de brut de la planète.

"Le marché s'attend à une baisse des stocks de brut, et après avoir atteint des niveaux plus vus en 22 ans, ce recul est une bonne nouvelle pour les prix" du pétrole, a estimé Matt Smith, de Summit Energy.

Selon les analystes interrogés par l'agence Dow Jones Newswires, le DoE devrait faire état d'une baisse de 1,1 million de barils des stocks de brut aux Etats-Unis au cours de la semaine achevée le 6 juillet, d'un recul de 300.000 barils des stocks d'essence et d'une baisse de 100.000 barils des stocks de produits distillés (dont le gazole et le fioul de chauffage).

"L'humeur est meilleure ce matin, mais nous nous inquiétons pour la demande, dans un contexte de ralentissement économique aux Etats-Unis, de crise de la dette en zone euro et de la perte de vigueur économique des pays émergents", a nuancé M. Smith.

Mardi, l'agence gouvernementale américaine d'information sur l'Energie (EIA) avait ravivé les inquiétudes du marché, en abaissant une nouvelle fois sa prévision de consommation mondiale de pétrole pour 2012, évoquant les craintes accrues d'un ralentissement de l'économie mondiale.

ppa/sl/lor

PLUS:afp