Huffpost Canada Quebec qc

Le "Canard Enchaîné" débarque sur Twitter

Publication: Mis à jour:
CANARD
Capture d'écran du profil Twitter du Canard Enchaîné | Canard Enchaine

MÉDIAS - Jusqu'ici plus que réticent à investir sur le web, Le Canard Enchaîné s'est finalement décidé à se lancer sur les réseaux sociaux. Un pas de géant pour l'hebdomadaire satirique, qui a ouvert ce mercredi 11 juillet son compte Twitter, s'attirant en moins d'une heure plus de 2000 abonnés ("followers").

Reste une question: le fameux compte est-il bel et bien l'émanation du Canard? Contactée par nos soins, la rédaction a confirmé qu'il s'agissait bien du compte officiel de l'hebdomadaire. Sur Twitter, les responsables du compte promettaient d'ailleurs d'obtenir au plus vite une certification.

Pour autant, le journal assure que le débarquement du Canard Enchaîné sur Twitter n'augure pas un virage de sa stratégie éditoriale. "Un petit plaisantin avait créé un compte Twitter au nom du Canard Enchaîné. Comme on n'avait pas envie qu'il plaisante trop longtemps sur le dos du Canard, nous avons décidé de créer notre propre compte", nous indique un membre de la rédaction. Le compte sera géré "collectivement".

Rien ne permet donc d'affirmer que cette intrusion sur les réseaux sociaux annonce la mise en ligne des contenus et des archives de l'hebdomadaire, douchant ainsi les espoirs de ses lecteurs. "On y mettra probablement le mardi, très tard, les sur-bandeaux de l'édition du lendemain, mais on ne l'utilisera pas pour des informations ou quoi que ce soit", a d'ailleurs précisé à l'AFP le journaliste de l'hebdomadaire Nicolas Brimo.

Un développement encore embryonnaire sur Internet

Le Canard Enchaîné est l'un des derniers titres de presse à ne pas s'être développé sur Internet. "Notre métier, c'est d'informer et de distraire nos lecteurs, avec du papier journal et de l'encre. C'est un beau métier qui suffit à occuper notre équipe", indique la rédaction depuis l'unique page de son famélique site Internet.

Jusqu'ici, Le Canard Enchaîné ne disposait que d'un compte non-officiel présentant chaque semaine les Unes de l'hebdomadaire, véritable institution de la presse satirique et d'investigation. L'absence du journal sur Internet avait d'ailleurs permis à d'autres comptes de prospérer (comme @charlieenchaine, revue de presse du Canard et de Charlie Hebdo) en twittant les scoops et bons mots de la revue satirique.

Sur Internet, l'absence du Canard a été compensée par l'apparition de nouveaux acteurs, les pure-players Backchich.info et le site d'investigation d'Edwy Plenel Mediapart.

Sur le web

Les dérives de gestion de l'Epad révélées par le Canard Enchaîné

Soupçon de fraude fiscale chez Microsoft France

Valérie Trierweiler, les humoristes et Twitter

A Rio, les gardes du corps de Hollande avaient oublié leurs armes

Microsoft France soupçonné de fraude fiscale

Twitter améliore sa fonction de recherche

Woerth traite de « salopard » un député EELV

Un coureur du Tour de France interpellé

Assurance maladie: économies suggérées

Microsoft soupçonné de fraude fiscale en France