NOUVELLES

Iran: le gouvernement décourage toute publication sur l'effet des sanctions

11/07/2012 03:06 EDT | Actualisé 09/09/2012 05:12 EDT

Le gouvernement iranien a mis en garde les médias contre la publication de toute information "contraire à l'interêt national" au moment où la situation économique du pays se dégrade du fait des sanctions occidentales, a rapporté la presse mercredi.

"La situation du pays, du fait des sanctions et des pressions existantes notamment dans le domaine économique (...) requiert davantage de coopération de la part des médias", a estimé le ministre de la Culture Mohammad Hosseini dans une déclaration mise en ligne sur le site du gouvernement dolat.ir.

L'Iran "n'est pas dans une situation permettant aux médias de publier des informations ou des analyses contraires à l'intérêt du pays et du régime", a ajouté le ministre.

Il a précisé que les dirigeants de tous les médias iraniens seraient rassemblés "prochainement" pour une réunion avec les responsables économiques du pays, lors de laquelle "ils seront informés de la situation actuelle liée aux sanctions afin de pouvoir prendre en compte l'intérêt national".

Les médias sont étroitement surveillés en Iran. Les dirigeants iraniens les mettent régulièrement en garde contre la publication d'informations "négatives", notamment dans le domaine économique et social, mais c'est la première fois qu'un responsable invoque l'impact des sanctions occidentales pour justifier la censure du régime.

Cet avertissement intervient alors que les Etats-Unis et l'Union européenne ont mis en place depuis début de l'année un embargo pétrolier contre l'Iran, entraînant une baisse substantielle de ses exportations de brut dont il tire les deux-tiers de ses revenus en devises.

L'Iran est soumis depuis 2010 à de sévères sanctions économiques internationales à l'initiative des pays occidentaux, en représailles à son programme nucléaire controversé.

Ces sanctions visant notamment le système bancaire et le secteur pétrolier pèsent de plus en plus lourdement sur l'économie iranienne, bien que la propagande officielle continue à affirmer qu'elles sont inopérantes et que tout va bien.

La plupart des medias évitent de publier des informations ou des chiffres attestant de l'effet des sanctions, mais certains citent parfois des déclarations de responsables économiques reconnaissant leur impact dans divers domaines.

bur-lma/cnp

PLUS:afp